Le plan de Martine Aubry pour évincer Georges Frêche fait jaser dans le sud

REGIONALES La patronne du PS a choisi une autre élue pour mener une liste en Languedoc-Roussillon, ce qui ne plaît pas aux socialistes du cru...

J. M. avec agence

— 

Martine Aubry, début juin 2009.
Martine Aubry, début juin 2009. — AFP / PHILIPPE HUGUEN
Martine Aubry a annoncé ce jeudi qu'elle allait proposer au bureau national du PS d'investir à la maire PS de Montpellier Hélène Mandroux à la tête d'une liste alternative «de rassemblement de la gauche et des écologistes» en Languedoc-Roussillon, après la polémique provoqué par les propos de Georges Frêche.

Georges Frêche a le soutien de ses colistiers PS


Une invitation que l'élue montpellierraine s'est dite prête à accepter. Mais de leur côté, les responsables socialistes colistiers de Georges Frêche pour les régionales ont dénoncé les «basses manoeuvres» de la direction nationale du PS, réaffirmant leur solidarité au président sortant de la région.

«Voter pour ce mec en Haute-Normandie me poserait un problème, il a une tronche pas catholique», avait déclaré celui qui a été plébiscité par les militants socialistes pour conduire la liste aux régionales en mars prochain. Un nouveau dérapage a provoqué un tollé.

«L’honneur de la gauche est en cause»

«Après la nouvelle indignité dont s’est rendu coupable Georges Frêche, je proposerai au Bureau national du 2 février de demander à Hélène Mandroux, de conduire une liste de rassemblement de la gauche et des écologistes» dans cette région, a écrit la numéro un socialiste dans un communiqué.

Pour la maire de Lille, «l’honneur de la gauche est en cause. Pour la République, pour leur région, devant les Français et devant leur conscience, tous les socialistes, tous les militants et sympathisants de gauche, tous les écologistes en Languedoc-Roussillon doivent construire cette alternative derrière Hélène Mandroux».

Valls et Lefebvre en rêvaient

Martine Aubry opte ainsi pour la solution pronée par Manuel Valls qui a appelé dans la matinée son parti «à rompre définitivement» avec Georges Frêche, qui fait «honte à la gauche et à la République», et à présenter une liste aux régionales en Languedoc-Roussillon contre lui.

Une opinion partagée par... Frédéric Lefebvre, qui a de son côté estimé qu'«il y a suffisamment de listes de gauche en Languedoc Roussillon pour que le Parti Socialiste retire son soutien à Georges Frèche et l’accorde à une autre liste».