Daniel Cohn-Bendit ne veut pas de candidat Europe Ecologie en 2012

POLITIQUE Le chef de file du parti souhaite soutenir le candidat socialiste en échange de 50 circonscriptions aux législatives...

B.D. avec agence

— 

Daniel Cohn-Bendit le 21 août 2009
Daniel Cohn-Bendit le 21 août 2009 — SICHOV/SIPA

Il marchande. Daniel Cohn-Bendit, le chef de file d'Europe Ecologie (EE), a déclaré mercredi qu'il pourrait soutenir le candidat socialiste à la présidentielle 2012, à condition que les écologistes obtiennent du PS un minimum de 50 circonscriptions aux législatives. Sa théorie, «que personne ne partage»: «Nicolas Sarkozy a de grandes chances de gagner la présidentielle mais il va perdre les législatives».

«Pour l'instant, je ne suis pas pour qu'il y ait un candidat d'Europe-Ecologie» à la présidentielle, a dit le co-président des Verts au Parlement européen, lors d'une conférence de presse devant les journalistes parlementaires à l'Assemblée nationale. Cette élection est, «pour nous, la plus défavorable à moins d'avoir un candidat qui dépasse de loin notre espace politique, mais pour l'instant, je ne vois pas», a-t-il ajouté.

Une cinquantaine de circonscriptions PS pour Europe-Ecologie

«La décision de présenter ou pas un candidat ou une candidate» doit être prise «après un accord de fond sur des circonscriptions» avec le PS, a-t-il fait valoir, parlant d'une «cinquantaine de circonscriptions pour Europe-Ecologie» alors que les Verts ont trois députés à l'Assemblée.

Lors du meeting de lancement de campagne EE à Montreuil mi-janvier, il avait indiqué que la logique voudrait que les écologistes, s'ils recueillent entre 15% et 18% des voix aux régionales, obtiennent «entre 50 et 100 députés» en 2012. «S'il y a un accord sur les circonscriptions, je suis prêt à m'impliquer pour aider le candidat socialiste pour la présidentielle», a-t-il lancé, en se demandant si le PS sera «prêt à l'accepter».