«Questions de Français»: Nicolas Sarkozy se concentre sur ses réformes

Maud Noyon et Corentin Chauvel

— 

Nicolas Sarkozy sera interviewé par Laurence Ferrari, puis par une dizaine de Français.
Nicolas Sarkozy sera interviewé par Laurence Ferrari, puis par une dizaine de Français. — G. SCARELLA / FRANCE 2
22h30: Voilà, c'est fini. Peu d'annonces, peu de concret, mais un bilan défendu bec et ongles: Sarkozy ne semble pas vraiment avoir convaincu ses onze interlocuteurs. Et vous, qu'en avez-vous pensé? Dites-le nous dans les commentaires et retrouvez plus d'analyse et une synthèse de ce débat sur 20minutes.fr
22h30: On l'avait trouvé très sympa (Sarkozy aussi, d'ailleurs). Et bien, visiblement, elle aime le gouvernement: le PS a déniché une photo de la blonde trentenaire en compagnie de François Fillon
22h26: On remercie tout le monde et c'est le générique. Déjà? Tout le monde sur le plateau semble rester sur sa faim, sauf Pernault, pas mécontent de conclure ce débat qui lui a complétement échappé...
22h25: Sarkozy pense aux Français, pas à son futur mandat. Même pas en se rasant?
22h25: Pas mal d'incompréhensions avec les Français, conclut Pernault. «Les Français jugeront le résultat. Vous n'avez pas des situations faciles, mon travail n'est pas facile», tacle Sarkozy.
22h21: Régler le problème des retraites avant la fin de l'été et la question de la dépendance: quelques promesses qui datent avant que le rideau ne se baisse sur le plateau...
22h20: A Pernault: «Vous ne m'avez pas réservé les cas les plus faciles», rigole Sarkozy. TF1 va se faire taper sur les doigts?
22h16: Sarkozy est bien ennuyé. Mais assure que la situation du retraité est très particulière... et en profite pour parler de la loi sur la protection des artisans : on ne pourra plus saisir leur patrimoine en cas des faillite
22h14: Un peu plus de 400 euros par mois, plus 1.000 par trimestre, pour ce menuisier à la retraite. Il a dû reprendre son activité en empruntant, on a lui a saisi son matériel et sa maison, il a réussi à retrouver un emploi. Ambiance glacée sur le plateau et premières larmes du retraité...
22h11: Emploi: les jeunes et les seniors se sentent inutiles, s'accordent les intervenants sur le plateau. Les grandes gueules de l'émission, l'agricultrice et le syndicaliste en tête, s'immiscent dans le débat. Enfin, ça frémit, mais ça ne bouge pas...
22h08: Chômage des seniors: «un vrai scandale», s'indigne Sarkozy. Le taux d'emploi des seniors est à plus de 39%, contre 38% avant, se félicite le Président. Mais la mesure mise en place par son gouvernement à ce sujet ne sert pas à grand-chose....
22h05: «Vous allez réussir, vous qui êtes tellement sympathique», assure Sarkozy à l'auto-entrepreneuse. Brosse à reluire et auto-satisfaction pour un statut qui a séduit «tellement» de gens.
22h01: Une auto-entrepreneuse prend la parole. Elle est contente mais elle souligne le manque de formation et de soutien. Une question pas trop agressive pour finir l'émission...
22h00: Il ne reste que quelques minutes... Pernault se précipite pour caser un dernier reportage et une dernière interlocutrice
21h59: Le Président promet d'aller voir l'employeur de Bernadette, qui n'accepte pas les heures sup'. Ca, c'est une annonce concrète...
21h57: «Pas de chance» dans sa démonstration: Bernadette ne se trouve dans aucune des catégories aidées qu'invoque Sarkozy. TF1 a déniché la perle rare ou Sarkozy maîtrise mal le sujet des classes moyennes?
21h55: Sarkozy répond à Bernadette, qui se dit «oubliée» des réformes: «Il y a eu un déclassement des classes moyennes»
21h54: l'émission commentée en direct par le Parti socialiste, c'est ici
21h50: Il faut parler dans une famille, dit Sarkozy au sujet de l'Identité nationale, pour ne pas créer un fossé. «Il ne faut pas craindre le débat» sur l'Identité nationale. Bref, Sarkozy défend le débat controversé sans faire d'annonces. Par contre, il évoque la sortie de Jean-Marie Le Pen sur le nom de son petit-fils Solal
21h47: Sarkozy défend le CV anonyme, face à Rex, sceptique. «Je déteste les injustices», assure le président.
21h46: Péle-mêle, Sarkozy invoque les caméras de surveillance et les quotas de boursiers dans les grandes écoles pour aider les quartiers
21h42: Rex salue les efforts de Sarkozy en banlieue. Mais pour le reste c'est pas brillant, assure ce père de 5 enfants, le seul invité issu de la diversité et qui vit... en banlieue
21h38: Première question d'un internaute: ne faudrait-il pas faire moins de réformes? Elle arrive près d'une heure et demie après le début de l'émission, c'est pas très web ça...
21h35: Pierre le syndicaliste, pin's du Che Guevara au revers de sa veste de cuir, reprend la parole pour râler sur les impôts. Nicolas, cravate bleu, lui répond que la France est le pays qui paye le plus d'impôts. Une comparaison qui ne tombe pas à l'eau, pas comme celle avec le bouclier fiscal rapportée par Rue89
21h32: Pernault arrive finalement à s'imposer sur les dépenses de Santé, qui augmentent pour les Français. Mais Sarkozy reprend tout de suite la parole et justifie la réduction des dépenses publiques. Bien tenté, Jean-Pierre...
21h31: Changement de statut des infirmiers qui seront «mieux payés, mais qui partiront à la retraite à 60 ans plutôt que 55 ans». Et la pénibilité, demande son interlocutrice, Martine, infirmière?
21h27:«Je suis prêt à envisager la titularisation progressive des contractuels», promet Sarkozy. Il ne précise pas si ce sera le cas dans l'ensemble de la fonction publique
21h26: Sarkozy justifie le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux: «Il faut moins de fonctionnaires, mais mieux payés»
21h25: Sarkozy fustige les concours. Normal pour celui qui se targue de ne pas être issu du sérail
21h23: Pernault regarde sa montre, un peu énervé. L'émission touche bientôt à sa fin et quatre invités n'ont toujours pas parlé...
21h21: Samir pose une question sur les enseignants non titulaires. Un problème qui regarde toute la fonction publique, selon lui. Ca va faire du monde...
21h16: On se perd entre la plus-value, le volume, le prix du lait... Et on a aussi perdu Jean-Pierre Pernault dans l'étable: le présentateur n'arrive pas à en placer une
21h15: Sarkozy promet de ne pas abandonner l'agriculture. Ca ne rassure pas son interlocutrice. Même quand «Nicolas» l'appelle «Sophie» pour l'apaiser.
21h11: Pour l'instant, aucune annonce de la part du Président. Crise, bilan de son gouvernement, présentation de mesures déjà connues et compassion avec les intervenants: la pédagogie selon Sarkozy
21h10: Une agricultrice prend la parole. Productrice de lait, elle crie sa colère: elle a dû emprunter pour nourrir sa famille. Pour s'y retrouver sur les revendications des producteurs de lait, c'est ici
21h08: Sarkozy détaille les enjeux de la taxe carbone. En gros, c'est pour consommer propre et pour encourager les industriels «à nettoyer les fumées»
21h07: «Nous sommes la dernière génération qui peut faire quelque chose pour éviter un drame écologique. Et la France doit donner l'exemple». Rien que ça.
21h05: l'écotaxe, mise en place en 2012, permettra de financer les infrastructures
21h03: Il faut revenir aux bases du métier de banquier: prêter aux chefs d'entreprise, aux jeunes couples qui veulent investir mais ne PAS jouer sur les marchés, tance Sarkozy
21h02: Sarkozy se félicite de la mise en place d'un médiateur du crédit
20h58: «Ce qui me choque, ce sont les bonus des traders, que j'ai voulu taxer à 50 %, ce qui me choque c'est le salaire d'un patron de banque» après l'affaire Kerviel, explique le Président
20h56: Je préfère avoir un bon patron bien payé qu'un mauvais patron mal payé, assure Sarkozy face au syndicaliste qui se dit choqué par les hauts salaires
20h55: «On ne pas me reprocher de ne pas suivre les dossiers», assure-t-il à propos des délocalisations Renault
20h51: «Il y a délocalisation et délocalisation. Les voitures vendues en France doivent être fabriquées en France», appuie Sarkozy
20h49: Le plan de sauvetage mis en oeuvre par le gouvernement a sauvé la filière automobile en France, assure Sarkozy. Pierre le syndicaliste n'est pas vraiment d'accord. Etonnant...
20h46: Les écrans du plateau diffusent images prétexte et graphiques. On ne sait plus où donner de la tête...
20h45: Ouvrier de la filière automobile, Pierre, le syndicaliste au blouson de cuir, attaque sur le chômage et les délocalisations
20h42: L'alternance est la bonne solution pour trouver un travail, à l'image de l'Allemagne, assure Sarkozy. Manque de bol, Nathalie, son interlocutrice a fini ses études...
20h40: «C'est la crise, Nathalie», explique le Président. Sarkozy évite de répondre aux questions très direct de la jeune diplômée sans emploi, et ramène tout à la crise. Et à la croissance, qu'il va ramener bien sûr
20h39: première question de «Paroles de Français» sur le chômage des jeunes diplômés
20h35: Un syndicaliste, une diplômée sans emploi, une infirmière, un banlieusard,... C'est le panel de TF1 détaillé par Rue89
20h34: Proche des Français? «Il y a la presse» pour rester en contact, mais aussi en parlant avec les Français qu'il rencontre sur le terrain
20h33: Un plateau encombré de petites tables, du bois sombre, des écrans bleus, bref c'est visuellement pas terrible «Paroles de Français»
20h30: Il ne veut pas parler du futur, il se préoccupe seulement des Français...
20h28: Sarkozy ne fera pas campagne , mais tiendra compte du «message» des électeurs. Pas de changement de Premier ministre «discuté à la télévision, même sur TF1»
20h28: les journalistes enlevés en Afghanistan sont en bonne santé, il sera temps de parler responsabilité quand ils rentreront, explique le Président
20h27: La France ne quittera pas l'Afghanistan, pas de nouveaux soldats combattants envoyés sur place
20h25: Sarkozy ira en Haïti, à l'occasion d'un voyage dans les Antilles françaises
20h24: Fin des droits pour 1 million de chômeurs: «La France n'a pas besoin d'assistanat», «On ne laissera tomber personne», assure Sarkozy
20h22: Réforme des retraites: pas question de baisser le montant des pensions et discussion avec tous les partenaires prévue
20h21: le débat sur l'Identité nationale «intéresse les Français»
20h20: le débat sur l'Identité nationale nécessaire pour que les Français ne finissent pas comme un «vieux couple»
20h18: Ceux qui ne sont pas en mesure de demander le statut de réfugié seront renvoyés dans leur pays, cela sera un message fort pour les passeurs, explique Sarkozy. 19 ont été libérés par la justice à Toulouse
20h17: Bref, Proglio «ne prendra pas un centime de Veolia», assure le Président. Selon Le Monde, c'est lui qui a demandé au patron d'EDF de renoncer à sa double rémunération
20h15: Sarkozy exhibe un communiqué syndical pour appuyer son propos. Et attaque Ferrari sur la question du salaire de Proglio, en faisant remarquer à la présentatrice le montant de son propre salaire. Pas classe
20h14: Personne n'avait rien à dire sur le conflit d'intérêt avant la polémique, selon le Président
20h13: Proglio ne «pouvait pas laisser tomber ses hommes», selon Sarkozy
20h11: «un des meilleurs chefs d'entreprise français», dit Nicolas Sarkozy d'Henri Proglio

Première question de Laurence Ferrari sur la polémique Proglio


Expliquer et mettre en perspective. C'était le programme de Nicolas Sarkozy ce lundi soir pour sa soirée spéciale sur TF1. Pas d'annonce donc mais plutôt un bilan de l’année écoulé: le scénario est le même que celui que s'est imposé le chef de l'Etat depuis le début de l'année à travers ses vœux.

En effet, si Nicolas Sarkozy a clairement énoncé ses objectifs pour 2010 - «faire reculer le chômage et l'exclusion», «réduire nos dépenses courantes», «consolider notre système de retraites» -, les annonces se sont faites beaucoup plus rares cette année. Une stratégie revendiquée par l’Elysée après la flopée de vœux de 2009, largement critiqués pour leurs annonces fracassantes laissées sans suite.
 
Alors, entre bilan et bonnes paroles, voici déjà les quelques projets concrets énoncés pour les mois à venir: présentation d'un projet de loi visant à protéger artisans et commerçants contre la saisie de leurs biens privés en cas de faillite, mise en oeuvre d'ici à l'été 2010 d'une «carte musique» jeune afin de favoriser le téléchargement légal sur Internet, 30% de boursiers dans l'enseignement supérieur, et mise en place d'un «service civique volontaire, universel et républicain» pour les jeunes.