Un seul mandat, ça suffit, pour Carla Bruni

POLITIQUE Mais «s'il se représente, c’est son affaire»...

Avec agence

— 

Toujours chanteuse, désormais active dans l'humanitaire, Carla Bruni-Sarkozy a voulu, en une année de mariage avec le président français, incarner une première dame moderne, discrète, dont le rôle et l'influence se dessinent par petites touches.
Toujours chanteuse, désormais active dans l'humanitaire, Carla Bruni-Sarkozy a voulu, en une année de mariage avec le président français, incarner une première dame moderne, discrète, dont le rôle et l'influence se dessinent par petites touches. — Khaled Desouki AFP/Archives

«S'il se représente, c'est son affaire. En tant qu'épouse, comme ça, dans l'intimité, un mandat me suffirait», a affirmé Carla Bruni-Sarkozy, qui était interrogée sur une éventuelle seconde candidature de son mari à l'élection présidentielle, en 2012.

«On n'en discute jamais, parce que je pense que je ne dois pas me mêler de ça, ça lui appartient tellement. Tout ça est très compliqué, c'est son métier. C'est comme s'il venait mettre le nez dans les accords majeurs ou mineurs d'une de mes chansons. C'est mon affaire, si je mets un majeur ou un mineur», a-t-elle poursuivi.

«C'est quelqu'un qui s'engage des pieds à la tête et même amoureusement»

Alors qu'on lui rappelait que Bernadette Chirac s'inquiétait, lorsque son mari était encore président, de ce que Jacques Chirac pourrait faire sans le pouvoir, Carla Bruni-Sarkozy a répondu: «je pense que mon mari pourrait tout faire, parce qu'il (...) donne tellement tout ce qu'il a, il utilise tellement tous ses moyens pour faire les choses, que c'est cela qui fait la réussite dans le travail d'une vie».

«C'est quelqu'un qui s'engage des pieds à la tête et même amoureusement. Ca, pour une femme, c'est tout à fait inédit, et pour un pays aussi, c'est tout à fait inédit», a-t-elle insisté.

«Je pense que, s'il était menuisier, il serait un menuisier entier»

«Donc, moi, je suis contente pour les Français qu'ils aient mon mari» comme président, a-t-elle également affirmé, se défendant de faire de la propagande.

«Ce n'est pas une vision béni oui oui. C'est une vision réaliste (...) Ca se voit dans la seconde où il entre dans une pièce. C'est quelqu'un qui est complet, qui est entier. Je pense que, s'il était menuisier, il serait un menuisier entier. Je pense que c'est comme ça qu'on réussit sa vie professionnelle et sa vie personnelle aussi. C'est-à-dire en donnant tout ce qu'on a», a-t-elle affirmé.

Depuis février 2008 (quand ils se sont mariés), «notre vie a changé. J'ai calmé notre vie, je l'ai apaisée (...) Notre vie personnelle est très douce, très calme, très tranquille. On en a tous deux grand besoin (...) Je suis mieux avec lui que seule. C'est quelque chose que je n'aurais jamais imaginé dans ma jeunesse», a-t-elle également confié.