Joëlle Ceccaldi-Raynaud élue à la tête de l'Epad

POLITIQUE La députée-maire de Puteaux a remporté le vote face au maire PCF de Nanterre Patrick Jarry...

J. M.

— 

En 2010, l'Epad étendra son périmètre à Nanterre et à La Garenne-Colombes.
En 2010, l'Epad étendra son périmètre à Nanterre et à La Garenne-Colombes. — S. ORTOLA / 20 MINUTES
Jean Sarkozy en rêvait, c'est une autre «fille de» qui rafle la mise. La députée-maire UMP de Puteaux Joëlle Ceccaldi-Raynaud a été élue ce vendredi à la tête de l'Epad par 14 voix contre 4.

Différend familial

Joëlle Ceccaldi-Raynaud, 58 ans, succède donc à Patrick Devedjian, ministre de la Relance et actuel président UMP du conseil général des Hauts-de-Seine, qui était atteint par la limite d'âge.

Désignée maire de Puteaux en avril 2004, après la démission pour raison de santé de son père Charles Ceccaldi-Raynaud, son refus de lui rendre sa place une fois ce dernier remis les avait violemment opposés.

Victoire sans appel

Elle a recueilli les voix de 14 des 18 administrateurs de l'Epad, le maire PCF de Nanterre Patrick Jarry, seul autre candidat déclaré, en obtenant quatre, a précisé la même source.
 
Patrick Jarry a fait le plein des voix à gauche, Joëlle Ceccaldi-Raynaud réunissant sur son nom toutes celles des élus de droite (trois en plus de la sienne), des neuf représentants de l'Etat ainsi du membre de la chambre de commerce et d'industrie de Paris.

Jarry vice-président

Le fils cadet du chef de l'Etat Jean Sarkozy, 23 ans, élu récemment administrateur, avait annoncé en octobre qu'il comptait briguer la présidence de l'Epad, mais y avait renoncé après plus de deux semaines de polémique où les accusations de népotisme avaient fusé.
 
Un des neuf représentants de l'Etat a décroché vendredi la première vice-présidence de l'Etablissement public, tandis que Patrick Jarry, qui s'oppose a l'extension du quartier d'affaires sur sa commune, a obtenu un autre poste de vice-président.