Régionales : Dray maintient sa candidature dans l'Essonne

POLITIQUE Le député accuse le PS de ne pas respecter la présomption d'innocence...

C. F. avec agence

— 

Le député PS Julien Dray s'efforce de faire face aux révélations du contenu de l'enquête sur de présumés mouvements de fonds à son profit en menaçant de poursuites journaux et sites internet et en chargeant un "jury indépendant" de se pencher sur son patrimoine.
Le député PS Julien Dray s'efforce de faire face aux révélations du contenu de l'enquête sur de présumés mouvements de fonds à son profit en menaçant de poursuites journaux et sites internet et en chargeant un "jury indépendant" de se pencher sur son patrimoine. — Jean-Pierre Muller AFP/Archives

Julien Dray monte au créneau. Il a annoncé ce dimanche qu'il maintenait sa candidature aux élections régionales sur la liste de l'Essonne, estimant qu'en rejetant celle-ci, le PS avait «foulé aux pieds» des «valeurs fondamentales de la République».

Le député PS, également vice-président du conseil régional d'Ile-de-France, ne figure pas sur la liste des candidats PS pour les régionales dans l'Essonne qui sera soumise au vote des militants le 3 décembre.

Remous au sein du PS

Cette absence a provoqué quelques remous au sein du Parti socialiste où certains ont dénoncé le non-respect de la présomption d'innocence pour cet élu, au centre d'une enquête sur des mouvements de fonds suspects à partir de comptes de l'association Les Parrains de SOS Racisme et de l'organisation lycéenne Fidl.

Iinterrogé dans l'émission «Dimanche +» de Canal Plus, François Hollande a estimé que la numéro un du PS Martine Aubry devait rencontrer Julien Dray à ce sujet.

«Une question de principe»

«Ma candidature n'est ni une question personnelle, ni une question d'avantages matériels, mais une question de principe. Tout comme mon affaire, et le cortège de dérapages qui l'ont entourée ces 11 derniers mois, ne concernent pas que Julien Dray, mais des valeurs fondamentales de la République. C'est pour ces principes et ces valeurs, qui ont été foulés aux pieds des mois durant, que je maintiens ma candidature : la présomption d'innocence, le refus du lynchage médiatique comme loi (de la jungle), la préservation de la vie privée», écrit Julien Dray sur son blog.

Il explique avoir proposé en vain de «geler» la tête de liste de l'Essonne en attendant que la justice se prononce sur son dossier, le 15 décembre. «Je ne demande à personne de se prononcer sur le contenu de mon dossier: je demande simplement que les socialistes défendent fermement des principes qui sont (étaient ?) au coeur de leur identité, et de leur histoire».