Présidence de l'UE: Ségolène Royal en faveur du suffrage universel direct

EUROPE Pour la socialiste, «cela n'enlèvera rien à la légitimité des chefs des Etats-nations»...

M. D. avec agence

— 

La Commission européenne devrait confirmer mardi l'élargissement de l'Union européenne à 27 au 1er janvier prochain, en confirmant l'entrée à cette date de la Bulgarie et de la Roumanie qui resteront toutefois sous surveillance.
La Commission européenne devrait confirmer mardi l'élargissement de l'Union européenne à 27 au 1er janvier prochain, en confirmant l'entrée à cette date de la Bulgarie et de la Roumanie qui resteront toutefois sous surveillance. — Gérard Cerles AFP/archives

L'ancienne candidate socialiste à la présidentielle Ségolène Royal plaide pour qu'«à terme», le président de l'Union européenne soit élu au suffrage universel, dans un entretien à La Tribune de ce mardi. «Cela n'enlèvera rien, contrairement à ce que l'on entend, à la légitimité des chefs des Etats-nations», explique la vice-présidente de l'Internationale socialiste.
 
Incarner tout un continent
 
Si Nicolas Sarkozy, qui l'a battue lors de la dernière présidentielle, «craint qu'un président fort à Bruxelles lui fasse de l'ombre, il a tort, estime Segolène Royal. C'est parce que l'Europe sera plus forte que chaque pays d'Europe le sera». Concernant le futur président de l'UE, elle estime qu'«il faudra qu'il incarne tout un continent avec charisme si l'on ne veut pas qu'à peine créé, ce rôle soit disqualifié».
 
De difficiles tractations sont en cours entre les Etats membres visant à désigner le président de l'UE et son quasi ministre des Affaires étrangères, deux fonctions créées par le Traité de Lisbonne.