L'Elysée a-t-il essayé de donner un coup de pouce à Pierre Sarkozy?

POLITIQUE Un conseiller de l'Elysée s'est renseigné pour une subvention...

P.K.

— 

Pierre Sarkozy (à gauche) et Jean Sarkozy à Colleville-sur-Mer, le 6 juin 2009.
Pierre Sarkozy (à gauche) et Jean Sarkozy à Colleville-sur-Mer, le 6 juin 2009. — Philippe Wojazer / Reuters

L’affaire est révélée par le site Electronlibre. Devant le refus de la SCPP (société civile des producteurs phonographiques) d’accorder une subvention à Pierre Sarkozy, frère de Jean et producteur de rap, un conseiller de l’Elysée a demandé des explications à Marc Guez, directeur général de la SCPP.

Réservé aux membres

«Je lui ai répondu qu'on n'avait pas attribué d'aide à la société dont Pierre Sarkozy est actionnaire pour des raisons de manque de budget», explique ce dernier à Rue89.

Peu de chance d’ailleurs que le fils de Nicolas Sarkozy obtienne la subvention espérée: elles sont quasi-exclusivement réservées aux membres de la SCPP.

«Il n'a pas eu de réponse»

Pierre Sarkozy, associé de Minds Corporation, qui déposait son «premier dossier», a contacté la SCPP pour «comprendre» ce rejet, a indiqué à l'AFP Marc Guez, directeur général de la SCPP. «Il n'a pas eu de réponse, la personne en charge des aides n'ayant pas le temps, vu qu'on refuse 30 à 40 dossiers par mois».

Eric Garandeau, conseiller culture et communication à l'Elysée, a alors contacté Marc Guez «pour savoir pourquoi le dossier avait été refusé, mais sans me donner le nom de Pierre Sarkozy dont je ne connaissais pas le lien avec la société», a souligné Marc Guez.

Eric Garandeau «a précisé explicitement qu'il n'était pas question de demander un traitement de faveur», selon Marc Guez.