Jacques Chirac: «Je n'ai rien à me reprocher»

POLITIQUE L'ancien chef de l'Etat se défend ce mercredi soir...

C. F. avec agence

— 

 Jacques Chirac arrive à son bureau parisien le 2 novembre 2009.
 Jacques Chirac arrive à son bureau parisien le 2 novembre 2009. — J. NAEGELEN / REUTERS

Jacques Chirac sort de son silence sur son renvoi devant le tribunal correctionnel: «Je n'ai rien à me reprocher», a-t-il déclaré dans une interview à Europe 1 enregistrée ce mercredi soir et dont l'intégralité a été diffusée jeudi matin.

A la veille de la publication de ses mémoires, l'ex-président de la République conteste ainsi «l'analyse» de la juge Simeoni, en charge de l'instruction sur l'affaire des emplois présumés fictifs de la Mairie de Paris. 

Il assure notamment que ces emplois «avaient tous une raison d'être pour la ville». 

>> Que reproche-t-on à Jacques Chirac? Que risque-t-il? Pour le savoir, cliquez ici

Il indique qu'il «ira lui-même s'expliquer devant le tribunal avec calme et sérénité» et qu'il ne souhaite pas que le parquet «fasse appel» de son renvoi en justice. Cela tombe bien, car selon une source judiciaire, le parquet de Paris a décidé de ne pas faire pas appel.

Jacques Chirac ajoute: «La seule chose qui compte c'est la justice. Je ne demande ni clémence, ni indulgence qui serait tout à fait hors de question et de propos s'agissant de la justice de mon pays.»