Les élections régionales se tiendront les 14 et 21 mars

POLITIQUE Le secrétaire d'Etat à l'Intérieur et aux collectivités territoriales, Alain Marleix, l'a annoncé de mercredi...

C. F. avec agence

— 

Le gouvernement a présenté mercredi en Conseil des ministres un projet de loi organique qui modifie certaines des dispositions actuelles concernant la campagne et le scrutin présidentiels.
Le gouvernement a présenté mercredi en Conseil des ministres un projet de loi organique qui modifie certaines des dispositions actuelles concernant la campagne et le scrutin présidentiels. — Joël Robine AFP/Archives
Ce sera leur dernière élection. Les conseillers régionaux seront élus les 14 et 21 mars, a annoncé ce mercredi le secrétaire d'Etat à l'Intérieur et aux collectivités territoriales, Alain Marleix. A partir de 2014, ils sont appelés à être remplacés par les conseillers territoriaux siégeant également au département, d'après le projet de réforme territoriale du gouvernement.
 
Ces conseillers régionaux ne seront donc élus que pour quatre ans, au lieu de six pour les conseillers régionaux actuels, a souligné Alain Marleix. 
Raz-de-marée de la gauche en 2004

Les conseillers régionaux sont élus par un scrutin de liste majoritaire à deux tours depuis 2005, afin de favoriser la mise en place de majorités stables et de renforcer ainsi les exécutifs régionaux. Au premier tour, la liste ayant la majorité absolue des voix obtient le quart des sièges à pourvoir. Les sièges restant sont répartis à la proportionnelle entre les listes ayant obtenu au moins 5% des voix. Si aucune liste n’obtient la majorité absolue, il y a un second tour.
 
Au second tour, seules les listes ayant eu 10% des voix au premier tour peuvent se présenter. La liste qui obtient le plus de voix dispose du quart des sièges à pourvoir. En cas d’égalité, la liste dont les candidats ont la moyenne d’âge la plus élevée l’emporte. Le reste des sièges est réparti à la proportionnelle entre les listes ayant obtenu au moins 5% des voix. Les sièges attribués à chaque liste sont répartis entre les sections départementales qui la composent au prorata des voix obtenues par la liste dans chaque département.
 
Les élections régionales de 2004 avaient été marquées par un raz-de-marée de la gauche. Sur les 22 régions métropolitaines, vingt sont actuellement gérées par la gauche et deux (Alsace et Corse) par la droite.