Ahn Dao Traxel, étoile européenne du dévouement, en juin 2009
Ahn Dao Traxel, étoile européenne du dévouement, en juin 2009 — SIPA/GHNASSIA ANTHONY

POLITIQUE

Quand la fille adoptive de Jacques Chirac le défend

Elle estime qu'il a bien mérité d'être tranquille...

La fille adoptive de Jacques Chirac, Ahn Dao Traxel, s'est insurgée contre le renvoi de l'ancien président devant la justice, dans un communiqué envoyé dimanche à l'AFP.

Adoptée par Jacques et Bernadette Chirac à son arrivée en France en juillet 1979, à l'âge de 21 ans, après avoir quittée le Vietnam sur un boat people, elle «trouve que c'est injuste et choquant» que Jacques Chirac ait été renvoyé vendredi devant le tribunal correctionnel de Paris, une première s'agissant d'un ancien chef de l'Etat, pour une affaire d'emplois présumés de complaisance lorsqu'il était maire de Paris.

>> A lire aussi: ce qu'on reproche à Jacques Chirac, ce qu'il risque

Pas de passe droit


Et d’arguer qu’elle-même n’a «jamais eu» de privilège. Habitant à Boissy-la-Rivière (Essonne), elle a expliqué avoir travaillé durant vingt ans, de 1980 à 2000 à la mairie de Paris comme agent de bureau, «sans jamais avoir bénéficié d'un passe droit alors qu'il aurait pu me donner une fonction passe-partout de chargé de mission s'il l'avait souhaité».

Pour elle, son père adoptif a «donné à la mairie de Paris une envergure internationale en recevant les puissants du monde entier» et estime qu'«il a mérité d'être tranquille (...) pour qu'il puisse poursuivre sereinement au sein de sa fondation les actions qu'il mène pour améliorer le sort de l'humanité».

«Contrairement à l'affaire Jean Sarkozy, l'opinion internationale lui est largement acquise, et l'image de la France ne sortirait pas grandie face à ce spectacle politico-judiciaire», a encore insisté Ahn Dao Traxel.