Frédéric Mitterrand va défendre «son honneur», l'avocat des mineurs accusés de viol va porter plainte contre X

POLEMIQUE Le ministre de la Culture se trouve empêtré dans une série noire...

20minutes.fr

— 

Frédéric Mitterrand à l'Assemblée nationale en septembre 2009
Frédéric Mitterrand à l'Assemblée nationale en septembre 2009 — HADJ/SIPA

Frédéric Mitterrand «se réserve le droit» d'aller devant la justice pour défendre «son honneur et sa réputation» dans une mise au point publiée samedi après la divulgation du témoignage de moralité qu'il a apporté lors du procès de deux jeunes accusés de viol à la Réunion.

Le ministre de la Culture exprime également «son dégoût et son indignation face à ces tentatives répétées et systématiques qui confinent à l'acharnement et à la chasse à l'homme». «Certains vont jusqu'à fouiller les poubelles pour surenchérir sur la campagne ignoble dont il est victime depuis une semaine», indique-t-il dans cette «mise au point». Dans le communiqué, le ministre réaffirme n'avoir «jamais manifesté (...) ni excuse, ni compréhension à l'égard de ces jeunes». Interrogé par le Journal du dimanche, il a aussi été très virulent: «Je ne supporte plus ces attaques. C'est immonde! Il s'agit d'une chose simple que je peux très facilement expliquer. J'ai apporté mon témoignage sur la moralité d'une famille, celle de mon ancienne maquilleuse sur France 2».

L'un des accusés est le filleul de Frédéric Mitterrand

Mitterrand avait apporté son témoignage à la famille de deux des accusés, dont l'un est son filleul, lors du premier procès devant la cour d'assises des mineurs de Saint-Denis-de-La-Réunion en mars dernier. Les trois hommes avaient été condamnés à des peines allant de 8 ans de prison à 15 ans de réclusion.

Plainte et témoignage à venir

Vendredi, le Quotidien de la Réunion a révélé que le ministre de la Culture était cité en tant que témoin de moralité dans un procès d'assises en appel qui se déroulera fin octobre à la Réunion où doivent comparaître trois hommes poursuivis pour le viol collectif d'une jeune fille de 16 ans.

L'avocat des deux mineurs accusés de viol a annoncé samedi à l'AFP qu'il allait déposer «plainte contre X pour soustraction de document judiciaire» après la publication du fac similé de ce courrier dans la presse. «La lettre de M. Mitterrand adressée au président de la cour d'assises se trouvait dans un dossier judiciaire auquel seuls les magistrats et les avocats avaient accès. Elle n'aurait jamais dû se retrouver sur la place publique», a déclaré Me Saïd Larifou. Selon celui-ci, la divulgation du courrier est «de nature à fragiliser la défense en voulant jeter le discrédit sur un témoin important».

Il a indiqué que sa plainte ne visait «pas à proprement parler la publication de la lettre par des médias mais sa soustraction du dossier et sa remise à des personnes étrangères à l'affaire». «Je compte utiliser à nouveau le témoignage de M. Mitterrand en appel car il est important pour la cour de bien cerner le cadre familial des accusés», a-t-il ajouté.

Série noire

La révélation de ce témoignage intervient alors que le ministre, face à l'ampleur de la polémique sur son livre La Mauvaise Vie, publié en 2005, est venu s'expliquer jeudi dans le JT de TF1. Pour dire qu'il condamnait le «tourisme sexuel» et qu'il n'était pas un pédophile. >> Que dit vraiment Frédéric Mitterrand dans son livre? La réponse ici