Aux sections PS du 18e, les militants attendent surtout «un réel projet»

REPORTAGE Les militants étaient appelés à se prononcer sur onze questions autour du projet de rénovation du parti...

Maud Descamps

— 

Les militants s'expriment sur le projet de rénovation du PS, le 1er octobre 2009.
Les militants s'expriment sur le projet de rénovation du PS, le 1er octobre 2009. — M.D

Majid a pris sa carte au Parti socialiste il y a un an et préside un groupe de réflexion sur l'immigration au sein de sa section. Très impliqué dans la vie du parti, cet homme de 37 ans est avant tout venu montrer sa motivation pour la construction d'un nouveau projet politique. «Pour moi, la priorité, c'est la diversité. Tout parti politique doit la représenter dans sa composition», explique le militant, ajoutant qu'«il faut continuer à travailler nos idées».
 
«Les questions ne sont pas les bonnes»
 
Comme lui, Marguerite, Daniel ou encore Michel ont fait le déplacement ce jeudi, au 7 bis de la rue Trétaigne, pour glisser leur bulletin dans l'urne. «J'ai 75 ans et je suis militante de longue date», annonce Marguerite à la sortie de l'isoloir. «Le problème du PS, c'est le manque d'unité. On n'est pas crédibles», souligne la retraitée, faisant allusion aux guerres internes qui déchirent le Parti socialiste.
 
Pour Aline, s'il est important que les militants fassent le déplacement, aucune des onze questions posées «ne sont les bonnes. La priorité aujourd'hui est d'aboutir à un réel projet» pour le parti, confie la militante de 31 ans. Tous ne sont pas du même avis. «Pour construire un nouveau projet, il faut d'abord régler ces questions internes, pense Jean-Philippe Daviaud, secrétaire de la section Jean-Baptiste-Clément. Mais l'un n'empêche pas l'autre, on peut se prononcer sur ces questions et bâtir un projet solide.»
 
En tête de la liste des questions posées aux militants, celle sur le cumul des mandats. «Pour moi, l'interdiction du cumul des mandats est essentielle, confie Laurent, c'est la base même d'un projet démocratique. Et cela doit être appliqué dès les régionales de 2010», déclare le militant, encarté depuis cinq ans. Mais la question divise.
 
«Le début du processus»
 
Pour le député-maire du 18e, Daniel Vaillant, l'interdiction du cumul n'est pas une mauvaise chose, mais elle doit être soumise à certaines conditions. «Je suis en faveur du cumul d'un mandat parlementaire avec un mandat local non exécutif, mais contre un cumul des mandats et des fonctions», déclare l'ancien ministre de l'Intérieur. «Et puis il faut surtout que cela s'applique aussi à la droite», ajoute-t-il, précisant que cette question n'est pas la priorité pour le moment et qu'il faudra y réfléchir en temps venu.

>> Votre avis sur le cumul des mandats, c'est ici
 
«Ce vote marque le début du processus de rénovation et de l'élaboration des nouveaux statuts, explique Jean-Philippe Daviaud, nous n'en sommes qu'au démarrage». Les militants attendent beaucoup de la convention nationale du PS qui se tiendra en juin 2010.