Selon Julien Dray, le vote sur la rénovation du PS est «un artifice mis en place dans l'urgence pour laisser passer l'orage»

POLITIQUE Le député de l'Essonne a sévèrement critiqué le scrutin qui se tient ce jeudi soir au Parti socialiste...

E.J.

— 

Le député PS Julien Dray s'efforce de faire face aux révélations du contenu de l'enquête sur de présumés mouvements de fonds à son profit en menaçant de poursuites journaux et sites internet et en chargeant un "jury indépendant" de se pencher sur son patrimoine.
Le député PS Julien Dray s'efforce de faire face aux révélations du contenu de l'enquête sur de présumés mouvements de fonds à son profit en menaçant de poursuites journaux et sites internet et en chargeant un "jury indépendant" de se pencher sur son patrimoine. — Jean-Pierre Muller AFP/Archives

Depuis qu'il est aux prises avec l'enquête de Tracfin, la parole de Julien Dray se fait rare. Mais quand il en sort de son silence, il n'y va pas par quatre chemins. On se souvient notamment de la lettre qu'il avait adressée à Martine Aubry sur son blog. Ce jeudi, il a de nouveau pris la parole sur son site pour critiquer sévèrement le vote militant organisé par la direction du Parti socialiste, dans un billet cosigné avec un de ses proches, Romain Pigenel, et ironiquement intitulé: «Tout va bien!». «Le Parti socialiste a désormais l'image d'une formation tolérant la fraude électorale en son sein. Seul un électrochoc radical pourrait effacer ce stigmate. Or il ne nous semble pas que le référendum interne du premier octobre, et sa logique de rénovation par petits pas, se situe à cette hauteur», écrit Julien Dray, qui évoque «une stratégie de replâtrages successifs, partant du principe que la somme des petites retouches finit par changer l'ensemble du bâtiment».  
 
Rustines


Selon lui, le référendum militant pèche par une «réduction de la refondation politique à une rénovation organisationnelle, en renvoyant aux calendes grecques tout ce qui a trait à l'identité idéologique du socialisme français». Et aussi par une «réduction ensuite de la rénovation interne à des questions tactiques – les alliances – ou ne concernant que les postes d'élus – non-cumul, diversité – alors que tout ce qui concerne la démocratie interne et l'augmentation du pouvoir des militants est laissé de côté.». Il lance: Le compte n'y est décidément pas. «On a, pour tout dire, le sentiment d'un artifice mis en place dans l'urgence pour laisser passer l'orage, et appliquer quelques rustines en trompe-l'oeil».
 
Le député de l'Essonne souhaiterait pour sa part: «un congrès extraordinaire de refondation, qui remettrait à plat l'ensemble de son fonctionnement et de son idéologie».

 Vote militant
Les militants socialistes sont appellés à se prononcer notamment sur l'organisation des primaires, le cumul des mandats.