Fraudes au PS: Boutih parle d'un «bourrage d'urnes évident» à Reims

POLITIQUE Selon lui, la triche est «une pratique banalisée» au sein du parti socialiste...

Avec agence

— 

Malek Boutih, secrétaire national du PS en charge des questions de société, le 5 juin 2008 à Paris.
Malek Boutih, secrétaire national du PS en charge des questions de société, le 5 juin 2008 à Paris. — CAPMAN VINCENT/SIPA

Il met les pieds dans le plat. Dans une interview au Parisien, Malek Boutih, proche de Ségolène Royal lors du congrès de Reims et membre du bureau national du PS, juge «évident» qu'une opération «bourrage d'urnes» a eu lieu au congrès de Reims. Malek Boutih estime que Martine Aubry n'a pas triché «directement» mais affirme que «certains membres éminents de son entourage ont une responsabilité». Selon lui, «il faudrait par exemple poser la question au patron de la fédération du Nord», le député européen Gilles Pargneaux.

Il estime que Ségolène Royal «a eu tort de laisser avaliser le résultat» et que le livre Hold-uPS, arnaques et trahisons, qui revient sur ces accusations, «vient simplement rétablir une vérité pour les militants qui ont voté».

«C’est le coeur même du système»


Il révèle également que «la triche est aujourd'hui une pratique banalisée au sein du PS. C'est le coeur même du système», affirme-t-il. Pour Malek Boutih, «Aubry a fait une erreur en n'acceptant pas d'organiser un nouveau vote là où il y avait des contestations» et «ça va la marquer durant tout son mandat». «Si elle veut réparer cette faute originelle, elle doit désormais prendre la responsabilité d'une rénovation à la base du PS», estime-t-il.

Gilles Pargneaux a démenti mercredi que des fraudes aient été organisées par sa fédération pour favoriser l'élection de Martine Aubry au poste de première secrétaire du parti.

«Ce sont des allégations de bas étage», a déclaré l'eurodéputé interrogé par l’AFP. Il est accusé par les auteurs du livre d'avoir validé des résultats de vote «falsifiés» dans certaines sections lilloises.