Montebourg voit dans les propositions d'Aubry un «encouragement»

POLITIQUE Le journal de l'université du PS à La Rochelle...

A La Rochelle, Emile Josselin

— 

Arnaud Montebourg rue de Solférino le 24 février à Paris.
Arnaud Montebourg rue de Solférino le 24 février à Paris. — SICHOV/SIPA

Le député de Saône-et-Loire, ardent défenseur des primaires, est satisfait des propositions de Martine Aubry, bien qu'il y ait été finalement peu associé. «Je ressens ça comme un encouragement à poursuivre la rénovation du parti», explique-t-il à 20minutes.fr.

Même si Aubry semble avoir choisi la forme de primaires pour désigner uniquement «le candidat socialiste», comme elle l'a dit dans son discours d'hier? «Tout est ouvert», nuance celui qui est aussi secrétaire national à la rénovation du parti. «Il faut d'abord désigner le candidat socialiste, après nous discuterons avec les autres partis de gauche» explique-t-il, en s'appuyant notamment sur «les gestes de trois dirigeants politiques de gauche: Chevènement, Cohn-Bendit et Baylet».

Mais d'abord, il s'agit de vendre la démarche dans les fédérations socialistes: «nous allons entamer un tour de France, une caravane», explique Arnaud Montebourg.

Il balaie les objections concernant les risques de fraudes dans les primaires. «La société de se comporte pas comme les appareils. Il ne pourra y avoir de tricherie, sous le regard des citoyens et des autres partis de gauche.» Arnaud Montebourg explique également que «si on peut truquer une élection avec 150.000 votants, on ne peut pas faire ça lorsqu'il y a 4 ou 5 millions de gens de personnes qui se rendent aux urnes.»