Dominique de Villepin: «Le grand emprunt peut être un piège»

POLITIQUE L'ex-Premier ministre pend plaisir à distribuer les mauvais points au chef de l'exécutif...

20minutes.fr

— 

 Dominique de Villepin, le 1er avril 2009 à l'Assemblée nationale.
 Dominique de Villepin, le 1er avril 2009 à l'Assemblée nationale. — WITT/SIPA

Une fois de plus il ne mâche pas ses mots. Dominique de Villepin qui vient de créer son club politique revient sur la politique de son meilleur ennemi Nicolas Sarkozy.

Accusant le président de la République de faire de la gesticulation et non de véritables réformes, il critique tout particulièrement l’emprunt national lancé par l’Elysée. «Il y a aujourd’hui un décalage manifeste, que chaque Français peut ressentir, entre une affaire d’hyper réforme et la réalité des choses vécues par les Français», estime ainsi l’ex-Premier ministre dans les colonnes du «Parisien» dimanche.

«Il y a un risque pour la santé de notre pays»

«Le grand emprunt peut être un piège, insiste-t-il. [Il] risque d’envoyer un mauvais message à ceux qui entre leurs mains les cordons de la bourse. On dit qu’il y a de l’argent sur la table, autrement dit dépensez ! C’est comme de mettre une nouvelle bouteille sur la table d’un alcoolique».Une situation dangereuse selon Dominique de Villepin alors que les déficits de la France explosent.

Et quand l’Elysée estime qu’il y a des bons et des mauvais déficits, l’ex-Premier ministre répond: Quand on a atteint un certain seuil d’obésité, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise graisse. Il y a un risque pour la santé de notre pays.»