La réponse acerbe de Julien Dray à Martine Aubry

POLITIQUE Le député (PS) de l’Essonne y va lui aussi de son commentaire après l'échange épistolaire entre la première secrétaire et Manuel Valls...

C. F.

— 

Le député PS Julien Dray s'efforce de faire face aux révélations du contenu de l'enquête sur de présumés mouvements de fonds à son profit en menaçant de poursuites journaux et sites internet et en chargeant un "jury indépendant" de se pencher sur son patrimoine.
Le député PS Julien Dray s'efforce de faire face aux révélations du contenu de l'enquête sur de présumés mouvements de fonds à son profit en menaçant de poursuites journaux et sites internet et en chargeant un "jury indépendant" de se pencher sur son patrimoine. — Jean-Pierre Muller AFP/Archives

Ce n’est pas une lettre en bonne et due forme mais un post sur son blog. Il n’en est pas moins assassin. Julien Dray s’exprime à son tour sur l’échange épistolaire entre Martine Aubry et Manuel Valls. Le royaliste, plus exposé sur le terrain judiciaire que politique ces derniers temps, se montre très sévère avec la première secrétaire dans un billet posté vendredi et cosigné avec Romain Pigenel.

Selon lui, les deux lettres de Martine Aubry, l’une adressée aux partis de gauche, l’autre au député-maire (PS) d’Evry, ont «résumé et confirmé les grandes caractéristiques de son début de mandat (...) : l'impuissance, l'amateurisme, et surtout une étonnante incapacité à entendre ce qui se passe et dans son parti, et dans la société.»

«Un enkystement dans l'archaïsme»

Pour le député (PS) de l’Essonne, membre du courant proche de Ségolène Royal, «L'Espoir à gauche», dont fait également partie Manuel Valls, «la semaine qui vient de s'écouler a révélé un enkystement dans l'archaïsme, un entêtement dans l'impasse qui sont proprement désespérants».

Julien Dray condamne d’abord l’initiative Martine Aubry d’adresser une lettre rendue publique le 10 juillet aux partis de gauche. Une «démarche avant tout perçue par tous comme une émission de fusées de détresse, de la part d'une force politique aux abois.» De son avis, Martine Aubry aurait mieux fait de «prendre son bâton de pèlerin et se rendre successivement dans toutes les universités d'été des partis contactés».

«Absurde à en pleurer»

Quant à la lettre adressée à Manuel Valls le jour de la fête nationale, elle reflète, selon Julien Dray, la tentative de la première secrétaire «de restaurer son autorité bien mise à mal ces dernières semaines en employant la vieille méthode de la tête de Turc, de la victime “expiatoire” pour l'exemple» «Drôle de pratique», selon l’élu, «alors que l'on nous avait pourtant expliqué en long, en large et en travers, lors du congrès (de Reims, ndlr), que “le linge sale se lave en famille”»,

Julien Dray se dit très pessimiste sur l’avenir du parti dans ces conditions. «Nous n'en finissons pas de subir les conséquences de cette absence fondamentale de projet, qui fait du parti socialiste un grand corps non seulement malade, mais à la dérive.» Et de conclure: «Absurde, à en pleurer.»