Justice, écologie, retraites… Elisabeth Borne dévoile le menu de l’exécutif jusqu’en 2023

RENTREE POLITIQUE A l’issue d’un séminaire réunissant les membres du gouvernement, mercredi, la Première ministre a dévoilé lors d’une conférence de presse le menu des mois qui arrivent

M.P. avec AFP
— 
Elisabeth Borne, le 29 août 2022, à Paris.
Elisabeth Borne, le 29 août 2022, à Paris. — Francois Mori/AP/SIPA

Elisabeth Borne a précisé, ce mercredi, à l’issue d’un séminaire gouvernemental le menu de l’exécutif pour les mois à venir, marqué par des projets de loi sur l’immigration, la justice, l’écologie notamment, sans citer toutefois la réforme des retraites. La Première ministre, qui était également l’invitée de France Inter ce jeudi matin, est revenue en détail sur la réforme des retraites, non évoquée la veille, ou la lutte contre l’inflation. 20 Minutes fait le point.

Assurance-chômage et budgets pour la fin de l’année

Comme attendu, le projet de loi prolongeant les règles actuelles de l’assurance-chômage au-delà du 1er novembre ouvrira le bal de la session parlementaire, après avoir été présenté début septembre en Conseil des ministres. Parmi les autres textes dévoilés par l’exécutif en septembre figurent le projet de loi pour le développement des énergies renouvelables - qui contient notamment une série de mesures de simplification - et le projet de loi d’orientation et de programmation du ministère de l’Intérieur (Lopmi), qui prévoit 15 milliards d’euros supplémentaires de budget en cinq ans.

« Les semaines suivantes seront également marquées par l’examen des textes financiers, le projet de loi de finances et le projet de loi de financement de la Sécurité sociale », a ajouté Elisabeth Borne. Ces deux chantiers rituels de l’automne seront autant d’épreuves politiques pour le gouvernement, privé de majorité absolue à l’Assemblée.

Côté inflation

Elisabeth Borne a estimé jeudi que le pic d’inflation devrait être passé au cours de l’année 2023. Interrogée sur France Inter pour savoir si le pic d’inflation avait été dépassé, la Première ministre a répondu qu’on ne pouvait pas encore l’affirmer. « C’est plutôt une bonne nouvelle qu’on ait eu une inflation plus faible sur le dernier mois mais on considère qu’on devrait avoir passé le pic de l’inflation plutôt au cours de l’année 2023 », a-t-elle déclaré.

Et quid des retraites ?

La Première ministre n’a pas cité mercredi soir dans les chantiers du gouvernement la délicate et controversée réforme des retraites. Mais elle n’est « pas abandonnée » et son « déploiement progressif » sera mené « au cours de l’année 2023 », a affirmé le porte-parole du gouvernement Olivier Véran, jugeant « fondamental de concerter » en amont. « Nous voulons réformer le travail dans son ensemble incluant la question des retraites », a-t-il précisé.

Ce jeudi matin pourtant, Elisabeth Borne a dit souhaiter « avancer » sur la réforme des retraites mais « dans la concertation », confirmant que des discussions allaient démarrer sur le sujet après le lancement du Conseil national de la refondation le 8 septembre.


« Nous souhaitons avancer mais on est aussi dans une démarche de concertation, d’écoute, de recherche d’un chemin. Il faut qu’on ait ces discussions avec les organisations patronales et syndicales, et avec le Parlement », a affirmé la Première ministre sur France Inter. « Ça reste un enjeu très important » et « les discussions, elles s’engageront après le Conseil national de la refondation », a souligné la cheffe du gouvernement.

Le rapport annuel du Conseil d’orientation des retraites, qui précisera notamment l’ampleur des déficits du système de retraites à court et moyen terme, doit être publié le 15 septembre.

Immigration, justice et énergie-climat

La Première ministre a égrainé un menu dense pour 2023 qui doit permettre « d’engager de nouveaux chantiers clé », avec la loi de programmation militaire, un projet de loi pour l’amélioration de la justice du quotidien dans la suite des états généraux de la justice, un projet de loi de programmation énergie-climat qui actera la « planification écologique » qui lui a été confiée et sera déclinée « secteur par secteur, territoire par territoire ».

D’autres textes sont prévus sur l’immigration, sur le plein-emploi, sur l’éducation en vue de la rentrée 2023 et sur les Jeux olympiques et paralympiques ​accueillis par la France en 2024.

Des concertations en série

La session parlementaire sera l’occasion de trois débats sur l’Ukraine, la politique énergétique et l’immigration. Le président installera également le 8 septembre le Conseil national de la refondation, qui doit réunir l’ensemble des forces politiques, économiques, sociales et associatives, mais qui est déjà boudé par les partis d’opposition et plusieurs syndicats.

Le gouvernement entend organiser également une consultation sur la fin de vie, dont les contours seront définis avec le Conseil consultatif national d’éthique. Il compte également installer la commission transpartisane demandée par le président de la République qui doit réfléchir à l’évolution des institutions.