Richard Ferrand, Christophe Castaner... Emmanuel Macron remercie les anciens députés de la majorité

SOUTIEN PRESIDENTIEL Le chef de l'Etat a affirmé son soutien aux députés de l'ancienne mandature entouré de la Première ministre Elisabeth Borne et la présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet

20 Minutes avec AFP
— 
Le président français Emmanuel Macron
Le président français Emmanuel Macron — Jacques Witt/SIPA

Remerciements et encouragements étaient au menu d’un rassemblement des anciens députés de la majorité. « Il y aura encore des matins de combat et des soirs de conquêtes. Et vous en serez », a assuré Emmanuel Macron en les recevant lundi. Parmi eux, Richard Ferrand et Christophe Castaner, battus aux législatives. Le chef de l’Etat a commencé son discours en remerciant les quelque 150 invités d'« avoir porté notre projet » et d'« avoir si hautement contribué à ce qui est aujourd’hui notre bilan », rapportent des participants.

Entouré de la Première ministre Elisabeth Borne et la présidente de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet, Emmanuel Macron avait convié les élus de la précédente mandature qui ne s’étaient pas représentés ou qui ont été battus au scrutin de juin. « La vie politique ne s’arrête pas à un combat, qu’il soit gagné ou perdu. Il y aura d’autres échéances électorales » et « il y a de multiples formes de porter un projet », a-t-il ajouté, selon ses propos rapportés par un participant.

D’autres échéances à venir

Dans ce contexte, « je considère que nous avons un devoir : c’est de vous aider à retourner dans la vie extra-politique dans laquelle vous étiez avant. Nous vous devons de vous accompagner dans cette période. C’est une condition qui nous permet d’être demain crédibles pour demander à d’autres de s’engager », a-t-il poursuivi en soulignant qu’un certain nombre d’entre eux avaient quitté leur emploi dans le privé pour siéger à l’Assemblée.

« Il y aura d’autres échéances : les municipales, les sénatoriales, les européennes. D’aucuns pensent déjà aux présidentielles », a-t-il détaillé, provoquant des rires dans l’assistance. Il a indiqué avoir « une pensée particulière » pour l’ancien ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et l’ex-président de l’Assemblée Richard Ferrand, « ces compagnons de route » battus dans les Alpes-de-Haute-Provence et dans le Finistère. « Je serai toujours là parce que vous avez toujours été là pour moi, parce que vous avez pris beaucoup de risques. »