Antisémitisme : Manuel Bompard réclame des excuses à Dupond-Moretti qui « ne regrette pas » ses propos

POLEMIQUE Le garde des Sceaux a accusé mardi « l’extrême gauche » d'antisémitisme à la suite d’une proposition condamnant l’Etat d’Israël comme « régime d’apartheid »

20 Minutes avec AFP
— 
Eric Dupond-Moretti à l'Assemblée nationale le 2 août 2022.
Eric Dupond-Moretti à l'Assemblée nationale le 2 août 2022. — Stephane DUPRAT/SIPA

Les extrêmes de l’hémicycle étaient dans le viseur aiguisé d'Eric Dupond-Moretti mardi. Et le ministre de la Justice « ne regrette rien ». Lors de la séance des questions au gouvernement, le garde des Sceaux a pointé du doigt « l’extrême droite » mais surtout « l’extrême gauche » et une récente proposition, signée par une quarantaine d’élus de gauche qui condamnent le « régime d’apartheid » d’Israël contre les Palestiniens, « un régime institutionnalisé d’oppression et de domination systématique par un seul groupe racial ». Le texte avait récemment fait polémique et provoqué une série de condamnations d’associations.

Manuel Bompard, qui n’est pas signataire de la résolution, a réclamé des excuses de la part d'Elisabeth Borne et d’Eric Dupond-Moretti mercredi matin sur RFI, « car on ne peut pas proférer à l’encontre d’une partie de la représentation nationale des accusations d’antisémitisme », cela « sans aucun fait : aucune personne de LFI n’a jamais été suspectée, condamnée, poursuivie, pour des propos ou des actes antisémites », a-t-il fait valoir.


Le député LFI de Marseille a aussi enjoint mercredi le ministre de la Justice, « s’il considère qu’il y a des antisémites à l’Assemblée nationale », à « les traduire devant les tribunaux », car l’antisémitisme n’est « pas une opinion mais un délit ».

« Je ne regrette pas mes paroles et ce que j’ai dit, je l’ai dit dans l’hémicycle (…) Non je ne regrette rien de ce que j’ai dit », a insisté par la suite l’ancien avocat, interrogé par des journalistes lors d’un point presse en marge d’un déplacement à la prison des Baumettes à Marseille.


Ils se lèvent et ils se cassent

Il a conspué mardi « l’extrême gauche » : « (Jeremy) Corbyn (l’ancien leader travailliste britannique exclu de son groupe parlementaire, taxé de laxisme contre l’antisémitisme), l’apartheid, les mots que vous avez choisis pour commenter le discours du président de la République, ces mots-là vous collent à la peau », provoquant le départ courroucé de l’hémicycle de députés Nupes.

Utilisé par des ONG locales et Human Rights Watch (HRW), le terme d'« apartheid » a été repris en février par Amnesty International pour qualifier la politique d’Israël envers les Palestiniens, traités comme un « groupe racial inférieur » selon cette organisation de défense des droits humains dont les propos ont été fustigés par l’Etat hébreu. Il a aussi accusé le gouvernement d'« utiliser cette accusation comme une forme de rayon paralysant pour disqualifier telle ou telle formation politique ».

L’Insoumis Aymeric Caron avait lui aussi mardi demandé « des excuses » à Elisabeth Borne après qu’elle eut estimé, en visant LFI, qu’être républicain « ça n’est pas le cas de tout le monde sur ces bancs » de l’Assemblée.