Un député LREM fait un salut nazi pour dénoncer le geste d’un « facho » à l’Assemblée nationale

HAUTE VOLTIGE L'un des concernés saisira le bureau de l'Assemblée nationale, sa plus haute instance collégiale

20 Minutes avec AFP
— 
Assemblée nationale (Illustration)
Assemblée nationale (Illustration) — ISA HARSIN/SIPA

Le député LREM Rémy Rebeyrotte a fait un salut nazi dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale pour, a-t-il affirmé, montrer à un élu RN qu’il ne devait pas lui-même le faire. Marine Le Pen a immédiatement demandé une sanction du député macroniste.

Rémy Rebeyrotte a été convoqué par la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet (LREM), et va l’être d’ici à la fin de la semaine devant le bureau de son groupe politique, a indiqué le groupe macroniste.

Un vote sur la loi sanitaire

Lors d’un vote le 12 juillet sur le projet de loi sanitaire, où la majorité a été battue, « un grand gaillard du RN s’est levé en faisant le salut nazi » à l’arrière des travées, assure le député de Saône-et-Loire. Rebeyrotte a alors mimé le geste en lui disant qu'« il ne faut pas faire ça ». L’élu de la majorité a été vu notamment par Marc Le Fur (LR), qui l’a interpellé au micro : « Ne recommencez plus (…) c’était pas beau Rebeyrotte ».

Le lendemain, le député LREM a publié un petit billet sur Facebook où il relate avoir ensuite subi « la pression physique de trois fachos, dont l’auteur des faits », à la buvette des parlementaires.

Un député qui assume

Mais mardi en conférence des présidents de l’Assemblée nationale, la patronne des députés RN Marine Le Pen a dénoncé le salut nazi de Rebeyrotte et demandé des sanctions, a-t-on appris auprès d’un participant.

« J’assume », affirme l’élu de la majorité. Il s’adresse régulièrement aux élus RN hors micro, en leur lançant : « Je vous trouve un peu socialiste national » ou « on dirait Nuremberg aux heures de pointe ».