Affaire Eric Coquerel : Sandrine Rousseau l’appelle à se mettre en retrait le temps de l’enquête pour agression sexuelle

LFI Le président de la commission des Finances est accusé d’agression et de harcèlement sexuels par une militante de gauche

M.d.F. avec AFP
— 
Eric Coquerel, député NUPES LFI est le président de la commission des Finances à l'Assemblée nationale
Eric Coquerel, député NUPES LFI est le président de la commission des Finances à l'Assemblée nationale — ISA HARSIN/SIPA

Eric Coquerel doit-il rester à son poste ? Le député Insoumis, également président de la commission des Finances à l’Assemblée nationale, est visé par une enquête préliminaire pour agression et harcèlement sexuels, après la plainte d’une militante de gauche, Sophie Tissier. Une raison suffisante pour la députée écologiste et militante féministe Sandrine Rousseau, pour qu’il sorte un temps de la scène politique.

« Il ne doit pas présider le temps de l’enquête », a-t-elle déclaré ce vendredi sur France 2. « Je ne l’appelle pas à démissionner », a-t-elle précisé, parlant de « mise en retrait ». « Une fois que cette enquête est réalisée, alors il pourra reprendre son poste de président de la commission des Finances, s’il n’y a rien », a précisé Sandrine Rousseau. En revanche, « s’il est mis en examen, il faudra qu’il démissionne ». « Il faut respecter la parole des femmes », a-t-elle insisté.

Interrogé également sur le plateau de RMC-BFMTV, l’Insoumis Adrien Quatennens a pour sa part jugé que l’ouverture de l’enquête n’était qu’une « juste suite » de la plainte de Sophie Tissier, qu’il « n’y a pas de faits de nouveaux » et que les faits en cause « ne justifient pas une mise en retrait ».