Marlène Schiappa, la militante féministe devenue couteau suisse du gouvernement

REMANIEMENT Marlène Schiappa a été nommée, ce lundi, secrétaire d'Etat chargée de l'Economie sociale et solidaire et de la Vie associative

20 Minutes avec AFP
— 
Marlène Schiappa, Ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur, chargée de la Citoyenneté
Marlène Schiappa, Ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur, chargée de la Citoyenneté — Jacques Witt/SIPA

Devenue le couteau suisse du gouvernement, Marlène Schiappa fait son grand retour comme secrétaire d’Etat chargée de l’Economie sociale et solidaire et de la Vie associative.

La fidèle de la macronie, figure médiatique du premier mandat, revient en effet ce lundi au gouvernement, au moment où Damien Abad, ministre des Solidarités accusé de tentative de viol, le quitte.

« Le ministre des Solidarités a la tutelle sur la DGCS (direction générale de la cohésion sociale). Ça veut dire que très directement, tout le service de communication du droit des femmes et de l’égalité femmes-hommes est rattaché au ministre des Solidarités. Est-ce qu’une personne qui est mise en cause dans plusieurs affaires de viols (…) est fondée à avoir la tutelle sur cette direction ? Je pense que la question se pose », déclarait-elle d’ailleurs la semaine dernière sur BFMTV.

Défenseure de l’action gouvernementale depuis 2017

Est-ce à dire que Marlène Schiappa fait son come-back dans le rôle de pompier au gouvernement ? Après des postes liés à des thématiques sociétales, elle détient pour la première fois un portefeuille lié à l’économie. Car elle revient à l’Economie sociale et solidaire, après avoir vu son étoile pâlir lors de son passage depuis l’été 2020 à Beauvau dans l’ombre de Gérald Darmanin, comme ministre déléguée à la Citoyenneté où elle s’occupait notamment des questions d’asile et d’intégration des étrangers.

Deux années durant lesquelles elle a dû par exemple coordonner l’accueil des réfugiés afghans après la prise de pouvoir des talibans, et celui des Ukrainiens plus récemment. Très active sur les réseaux sociaux, abonnée aux plateaux télévisés, la communicante Marlène Schiappa, âgée de 39 ans, mariée et mère de deux enfants, est aussi une défenseure de l’action gouvernementale depuis 2017.

Adepte du franc-parler

Elle a été secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, et de la lutte contre les discriminations entre 2017 et 2020, lors du premier quinquennat d’Emmanuel Macron, le combat qui l’a fait émerger comme femme d’Etat après avoir été une militante sur le sujet. Adepte du franc-parler, prompte à monter au créneau dans les médias, elle a été un temps identifiée pour ses gaffes, mais sa personnalité lui a aussi permis de populariser ses thèmes de prédilection, comme la laïcité.

Au rang des polémiques, elle suggérait par exemple, il y a quelques années, la possibilité pour les jeunes mères d’obtenir un CAP Petite enfance grâce à la validation des acquis de l’expérience (VAE). Des propos qui lui ont valu les critiques des professionnels du secteur, y voyant une « dévalorisation » de leur travail. Elle avançait également le taux énorme de 75 % d’épisiotomies en France (contre 20 % selon les derniers chiffres officiels à l’époque), pour aborder les « violences obstétricales » subies par les femmes, fâchant cette fois les gynécologues.

« C’est une bonne situation, ça, ministre ? »

Auparavant élue de la société civile, adjointe au maire socialiste du Mans, Jean-Claude Boulard, elle était déléguée à l’Égalité (lutte contre les discriminations, égalité femmes-hommes, suivi de la charte LGBT). Diplômée de communication, elle fonde en 2008 le blog « Maman travaille », un réseau de « mères actives » qui porte des revendications autour de l’égalité parentale, notamment la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle.

Originaire de Corse, Marlène Schiappa grandit à Paris, où elle est née le 18 novembre 1982. « A partir de 13 ans, je vivais avec ma sœur chez mon père. Nous habitions dans une cité et l’idée était de lui faire comprendre que pour nous, aller dans la rue n’était pas la même chose que pour lui », disait-elle à la presse pour expliquer son engagement féministe. Blogueuse, militante associative et conférencière avant son entrée au gouvernement, Marlène Schiappa est aussi une auteure prolifique. Son dernier livre en date : « C’est une bonne situation, ça, ministre ? »