Résultats Législatives 2022 : Il y aura huit triangulaires possibles au second tour et plus de 400 duels

SECOND TOUR Au total, cinq candidats sont élus dès le premier tour dont quatre sont issus de la Nupes

20 Minutes avec AFP
— 
Dans un bureau de vote de Toulouse. Illustration.
Dans un bureau de vote de Toulouse. Illustration. — Eric Cabanis - AFP

Il y aura plus de 400 duels et huit triangulaires au programme dimanche prochain pour le second tour des législatives 2022. Dans le détail, on compte 272 duels entre Ensemble ! et la Nupes, 113 entre Ensemble ! et le Rassemblement National (RN) et enfin 61 entre la Nupes et RN.

Guerini et Maracineanu en duels

Au second tour, les duels les plus fréquents opposeront un candidat d'Ensemble à un rival de la Nupes. Selon un décompte de l'AFP réalisé à partir des chiffres du ministère de l'Intérieur, la majorité sortante et l'alliance de gauche s'affronteront dans 271 circonscriptions sur 577. Ensemble! sera confronté au RN dans 107 d'entre elles. La question du barrage à l'extrême droite se posera également dans les 62 circonscriptions où le parti de Marine Le Pen affrontera la Nupes menée par Jean-Luc Mélenchon. Il y aura également 25 duels entre le RN et Les Républicains, qui affronteront également la Nupes dans 18 circonscriptions et Ensemble dans 24.

Dans les duels phares au programme, Stanislas Guerini, le candidat LREM a été devancé dans la 3e circonscription de Paris au premier tour des élections législatives. Il a recueilli 32,50 % des suffrages exprimés, six points de moins que la candidate Nupes Léa Balage el Mariky (38,66 %).

De son côté, même déconvenue pour Roxana Maracineanu​ qui a été devancée de 13 points par Rachel Kéké (Nupes) au premier tour des élections législatives. La femme de chambre, connue pour la longue grève à l’hôtel Ibis des Batignolles, a recueilli 37,22 % des suffrages exprimés. L’ex- ministre et championne du monde de natation est créditée de 23,77 %.

Huit triangulaires attendues

Les triangulaires demeurent rares en raison également de l'abstention, le candidat arrivé troisième devant obtenir un nombre de voix au moins égal à 12,5% des inscrits. Alors qu’il y a cinq ans, il n’y avait eu qu’une seule triangulaire, huit sont tout de même attendues ce dimanche.

Cinq circonscriptions mettront donc aux prises un candidat d'Ensemble!, de la Nupes et du RN: la 3e de la Dordogne, la 1ère et la 2e du Lot-et-Garonne, la 2e de la Nièvre et la 2e du Tarn. Dans deux circonscriptions des Hauts-de-Seine, la 2e et la 3e, la triangulaire opposera LR à la Nupes et à Ensemble. Enfin, dans la 2e du Lot, il y aura un candidat PS dissident face à la Nupes et à Ensemble!. 

Le Lot-et-Garonne est le seul département de Nouvelle-Aquitaine où Marine Le Pen était arrivée en tête au second tour de la présidentielle devant Emmanuel Macron. Le RN y confirme donc son implantation et qualifie pour le second tour ses candidats dans les trois circonscriptions du Lot-et-Garonne où deux triangulaires sont possibles. Un député sortant LREM, Olivier Damasin, y a, lui, été éliminé dès le premier tour.

Pour rappel, seuls cinq candidats ont été élus dès le premier tour, quatre pour la Nupes et un pour la majorité présidentielle sortante Ensemble!. Les quatre députés de gauche qui n'auront pas besoin de croiser le fer dimanche prochain sont tous basés en Ile-de-France: il s'agit des sortants Insoumis de Seine-Saint-Denis, Alexis Corbière (7e circonscription) et de Paris, Danièle Obono (17e circonscription), ainsi que deux nouvelles députées LFI à Paris, Sophia Chikirou (6e) et Sarah Legrain (16e). Pour sa part, Yannick Favennec-Bécot (64 ans), ex-UDI passé à Horizons, est parvenu à se faire réélire pour un 5e mandat (57,13%) dans la 3e circonscription de Mayenne.