Résultats Législatives 2022 : Jean-Luc Mélenchon estime que « le parti présidentiel est défait »

PREMIER TOUR Jean-Luc Mélenchon s’est félicité du score obtenu par la Nupes ce dimanche et a appelé ses électeurs à se mobiliser pour le second tour

20 Minutes avec AFP
— 
Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France Insoumise et de l'union de la gauche
Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France Insoumise et de l'union de la gauche — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

« Le parti présidentiel est défait », a déclaré dimanche Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France Insoumise et de l’union de la gauche (Nupes), en appelant ses troupes à « déferler » au second tour des élections législatives.


« La Nupes arrive en tête, elle sera présente dans plus de 500 circonscriptions au second tour », et « pour la première fois de la Ve République, un président nouvellement élu ne parvient pas à réunir une majorité aux élections législatives qui suit », a-t-il ajouté au côté d’autres leaders de l’union de la gauche réunis à Paris.

«J'appelle notre peuple, au vu de ces résultats et de l'opportunité extraordinaire qu'elle présente pour nos vies personnelles et pour le destin de la patrie commune, à déferler dimanche prochain, pour rejeter définitivement les projets funestes de la majorité de M. Macron», a-t-il lancé, en citant notamment la retraite à 65 ans. Il a dit son «émotion au vu du résultat qui nous est annoncé», mais averti que «les projections en siège à cette heure n'ont à peu près aucun sens».

« On a renversé la table »

«C'est cette bannière commune qui a permis de rassembler les électorats», a commenté après lui Julien Bayou, le patron du parti écologiste EELV, membre de l'alliance de gauche.
«J'ai le sentiment qu'on a renversé la table, la gauche était censée être morte, nous avons déjoué tous les pronostics et nous arrivons en tête de ce premier tour», s'est réjouie de son côté la députée LFI Clémentine Autain sur TF1.

Selon les premières estimations, la gauche unie (25% à 26,2%) est arrivée  dimanche au premier tour des élections législatives, au coude-à-coude avec le camp du président Macron (25% à 25,8%), qui n'est pas assuré de conserver la majorité absolue à l'Assemblée nationale, sur fond d'abstention record.