Emmanuel Macron et le Premier ministre australien veulent « rebâtir une relation » de « confiance »

DIPLOMATIE Après la crise diplomatique liée à la rupture en septembre d’un méga-contrat de sous-marins français, les deux chefs d’Etat se disent prêts à « rebâtir une relation bilatérale fondée sur la confiance et le respect »

20 Minutes avec AFP
— 
Le président français Emmanuel Macron, le 13 mai 2022.
Le président français Emmanuel Macron, le 13 mai 2022. — Michel Euler/AP/SIPA

Le Président de la République Emmanuel Macron et le nouveau Premier ministre australien Anthony Albanese veulent « rebâtir une relation » de « confiance », après la crise diplomatique liée à la rupture d’un mégacontrat de sous-marins français, a indiqué jeudi l’Elysée dans un communiqué.

« Après avoir pris note de la profonde rupture de confiance qui a suivi la décision de l’ancien Premier ministre, Scott Morrison, de mettre fin au programme des futurs sous-marins », il y a huit mois, Emmanuel Macron et Anthony Albanese, qui ont échangé jeudi au téléphone, « sont convenus de rebâtir une relation bilatérale fondée sur la confiance et le respect, pour surmonter ensemble les enjeux globaux, au premier rang desquels l’urgence climatique, et les défis stratégiques en Indopacifique », a précisé l’Elysée.

« Une feuille de route sera préparée pour structurer ce nouvel agenda bilatéral, en identifiant des coopérations stratégiques entre nos deux pays avec pour objectif de renforcer notre résilience et de contribuer à la paix et la sécurité régionale », ajoute le communiqué.

Jusqu’à 3,7 milliards d’euros pour mettre fin à l’accord avec la France

Le travailliste Anthony Albanese, 59 ans, a été investi lundi Premier ministre d’Australie, à l’issue de la victoire de son parti samedi aux législatives. La défaite de Scott Morrison aux législatives « me convient très bien », avait aussitôt déclaré le ministre français sortant des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

Canberra avait provoqué une brouille magistrale en septembre dernier avec Paris en dénonçant un contrat de vente de sous-marins français à la marine australienne pour plus de 50 milliards d’euros, leur préférant des sous-marins anglo-américains à propulsion nucléaire, dont les bâtiments français n’étaient pas pourvus.

Pour marquer sa colère, la France avait rappelé son ambassadeur aux Etats-Unis, un acte sans précédent vis-à-vis de cet allié historique, de même que celui en Australie, pays à l’origine de la crise. Début avril, les autorités australiennes ont admis que Canberra devrait payer jusqu’à 5,5 milliards de dollars australiens (3,7 milliards d’euros) pour mettre fin à l’accord avec la France.