Gouvernement Borne : Olivia Grégoire, une marcheuse pugnace et « cash », nouvelle porte-parole

MACRON 2 Olivia Grégoire, nommée porte-parole du gouvernement, est une macroniste « cash », libérale et de « centre droit », et secrétaire d’Etat sortante à l’Economie sociale et solidaire.

20 Minutes avec AFP
— 
Olivia Grégoire, porte-parole du gouvernement.
Olivia Grégoire, porte-parole du gouvernement. — BERTRAND GUAY / AFP

Voix rocailleuse de fumeuse, Olivia Grégoire, parisienne pur jus de 43 ans succède à Gabriel Attal au poste de porte-parole. Elle est également candidate à sa réélection aux législatives dans la 12e circonscription de la capitale. Usant parfois d’un langage managérial, cette marcheuse « pugnace », selon des collègues LREM, a longtemps travaillé dans la communication, notamment au sein du groupe Havas.

Au moment de son élection à la députation en 2017, elle se présentait dans la presse comme un « bulldozer » qui ne « lâche jamais », rappelant avoir connu le chômage. « Je viens plutôt du centre droit », disait aussi récemment la secrétaire d’Etat, passée plus jeune par les cabinets ministériels de Jean-Pierre Raffarin et Xavier Bertrand. Un ancien collaborateur salue « une vraie bosseuse avec des bonnes intuitions », « sensible et forte à la fois, c’est vraiment une femme bien ».

« Une grande gueule »

« Elle ne feint rien, c’est quelqu’un d’entier », « elle sait faire d’une colère ou d’une joie une belle chose politique », raconte le rapporteur général du Budget Laurent Saint-Martin (LREM). C’est « une grande gueule qui sait dire à tel député, tel ministre, quand ça déraille », selon un élu qui l’a côtoyée au sein du groupe majoritaire. A l’Assemblée, elle avait notamment présidé la commission spéciale pour la loi Pacte sur les entreprises et les privatisations.

Très à l’aise sur les plateaux en début de mandat comme porte-parole du groupe LREM, elle a semblé plus « discrète » comme secrétaire d’Etat à l’économie sociale, solidaire et responsable, concède une source parlementaire, un poste qu’elle occupe depuis juillet 2020. Elle a toutefois souvent souligné le soutien apporté au secteur pendant la crise sanitaire : fonds de solidarité, prêt garanti par l’Etat et chômage partiel. Et les « ressorts » de « cette économie de l’audace » et « de l’entraide », dans cette période délicate.

Même promotion qu’Emmanuel Macron

Arrivée avec la vague des « marcheurs » élus pour la première fois aux législatives 2017, elle avait déjoué tous les pronostics en délogeant la droite dans l’un de ses fiefs parisiens, face au député LR sortant et maire du XVe arrondissement Philippe Goujon.

Née le 30 septembre 1978 à Paris, la macroniste, après des études d’histoire, est diplômée de Sciences Po – dans la même promotion qu’Emmanuel Macron-, et de l’Essec. Fondatrice d’un cabinet de conseil en stratégie d’entreprise à destination des PME et start-ups, Mme Grégoire est engagée de longue date avec la droite libérale et le centre droit.