Gouvernement Borne : Damien Abad nommé ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées

NOMINATION Damien Abad a quitté jeudi ses fonctions de président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale et s’est mis « en congé » de son parti

Manon Aublanc
— 
Damien Abad, le 2 décembre 2020 à l'Assemblée nationale.
Damien Abad, le 2 décembre 2020 à l'Assemblée nationale. — AFP

Son arrivée était attendue depuis qu’il avait claqué la porte de son parti, Les Républicains, jeudi. L’ex-patron des députés LR Damien Abad, lui-même handicapé, a été nommé, ce vendredi, ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées du gouvernement d’Elisabeth Borne.

Damien Abad s’est immédiatement dit sur Twitter « très honoré d’être appelé à servir la France auprès d’Emmanuel Macron et d’Elisabeth Borne ». « Dépasser les clivages pour changer la vie de millions de Français : c’est le sens de mon engagement et j’y consacrerai toute mon énergie », a-t-il ajouté.



Des « différences » avec son parti

Damien Abad, 42 ans, avait été en 2012 le premier élu handicapé à siéger à l’Assemblée – il est atteint d’une maladie rare, l’arthrogrypose, qui bloque ses articulations et réduit sa mobilité.

Il avait quitté jeudi ses fonctions de président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale et s’était mis « en congé » de son parti, devant l’insistance du patron de LR Christian Jacob à le faire sortir de l’ambiguïté. « Il n’y a aucune contrepartie » et « je ne suis pas dans une logique de marchandage », avait-il alors assuré au Figaro, expliquant son départ par des « différences » avec son parti qui « se sont accélérées ces dernières semaines ».

Une nomination mal accueillie par LR

Mais beaucoup de LR voyaient dans ce départ le signe d’une entrée imminente au gouvernement. Aussi la nomination a-t-elle été fraîchement accueillie dans son ancien parti : « Né avant la honte », a tweeté le député du Pas-de-Calais Pierre-Henri Dumont.

LR a ressorti une ancienne vidéo où Damien Abad déplorait « l’opportunisme politique et électoral » d’Eric Woerth, autre LR rallié en février à la majorité. Dans sa circonscription de l’Ain, LR a décidé d’investir un autre candidat, Julien Martinez, ancien de l’équipe de Xavier Bertrand lors de la primaire.