Qui est Catherine Vautrin, pressentie pour devenir Première ministre et ex-« Sarko girl » ou opposante au Mariage pour tous ?

GOUVERNEMENT La présidente du Grand Reims Catherine Vautrin, proche de l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, est l’un des noms cités pour succéder à Jean Castex à Matignon

Thibaut Chevillard
— 
Catherine Vautrin aux côtés de Nicolas Sarkozy en août 2016
Catherine Vautrin aux côtés de Nicolas Sarkozy en août 2016 — FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
  • La nomination d’un nouveau Premier ministre, suivie de celle du gouvernement, est attendue à partir de lundi, trois semaines déjà après la réélection d’Emmanuel Macron.
  • Elisabeth Borne, Marisol Touraine… Plusieurs noms de femmes politiques circulent pour remplacer Jean Castex. Mais celui de Catherine Vautrin revient avec insistance pour lui succéder.
  • Ancienne ministre de Jacques Chirac, opposante au Mariage pour tous, la présidente de la communauté urbaine du Grand Reims est une proche de l’ancien président Nicolas Sarkozy.

Trois semaines après la réélection d’Emmanuel Macron, la nomination d’un nouveau Premier ministre est attendue dans les tout prochains jours. Si rien n’a encore été annoncé officiellement, le chef de l’Etat avait affiché, durant la campagne, sa préférence pour une femme à Matignon. Son profil ? « Quelqu’un qui est attaché à la question sociale, à la question environnementale et à la question productive. » Plusieurs noms circulent pour succéder à Jean Castex. Mais l’un d’eux, celui de Catherine Vautrin, la présidente de la communauté urbaine du Grand Reims, dans la Marne, revient avec insistance.

Agée de 61 ans, cette figure historique de la droite avait annoncé en février dernier son ralliement à Emmanuel Macron dans une interview accordée au journal La Croix. « Il est l’homme de la situation », expliquait l’ancienne ministre de Jacques Chirac. « Elle a beaucoup d’expérience et travaille à fond ses dossiers, elle a des convictions à la fois modérées et très solides, elle aime les gens et a un fond profondément humaniste : trois traits de caractère qu’on ne retrouve pas si souvent en politique », plaide auprès de l’AFP un élu local proche d’elle.

Trois maroquins ministériels et vice-présidente de l’Assemblée nationale

« C’est une femme de qualité incontestablement » mais « est-ce qu’elle est prête à renier toutes les idées qu’elle a défendues depuis si longtemps » en faisant « ce pas supplémentaire pour appliquer une politique qui serait totalement contraire à ce qu’elle a défendu pendant des années ? », s’est interrogée l’eurodéputée LR Nadine Morano sur Europe 1. Catherine Vautrin s’est engagée très tôt en politique. A 20 ans, elle rejoint le RPR avant de devenir, en 1983, conseillère municipale à la mairie de Reims à la demande du député de la Marne Jean Falala, qui venait alors d’être élu maire de la commune.

En 1999, elle quitte le poste qu’elle occupait chez Signa Europe, une compagnie d’assurances, pour se consacrer à la politique. D’abord au conseil régional de Champagne-Ardenne, où elle est directrice générale adjointe des services de 2000 à 2002. Puis à l'Assemblée nationale où elle siège comme députée de la 2e circonscription de la Marne. Deux ans plus tard, Catherine Vautrin intègre le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin en tant que secrétaire d’État à l’Intégration et à l’Égalité des Chances puis secrétaire d’État aux Personnes âgées. L’année suivante, Dominique de Villepin est choisi par Jacques Chirac pour devenir Premier ministre. Catherine Vautrin reste au gouvernement et devient ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité.

Une fois Nicolas Sarkozy élu à l’Elysée, Catherine Vautrin retourne siéger au palais Bourbon jusqu’en 2017. Une période au cours de laquelle elle tente, sans succès, de se faire élire maire de Reims. Elle rencontre plus de succès à Paris puisqu’elle est désignée, en 2008, vice-présidente de l’Assemblée nationale. En 2012, cette proche de Jean-François Copé, alors président de l’UMP, devient trésorière nationale du parti. Une fonction qui lui vaut d’être mise en examen, fin 2014, pour abus de confiance, dans l’affaire Bygmalion, à savoir des pénalités infligées à Nicolas Sarkozy pour sa campagne en 2012, et payées par l’UMP. Elle bénéficie finalement d’un non-lieu pour cette affaire en septembre 2015.

« Ça envoie tout de même un curieux message »

En 2013, Catherine Vautrin vote contre la loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe et a même manifesté, à Paris, dans les rangs de la Famille pour tous. « Ça envoie tout de même un curieux message, on est loin des valeurs progressistes vantées par le président, ça peut lui revenir en boomerang », confie au Parisien un soutien du chef de l’État. Et ce dernier d’ajouter : « Qui plus est, Macron voulait un symbole écolo. Et là, franchement, j’ai beau chercher, je ne vois pas où sont ses références écolos. Les Marcheurs historiques ont les boules, Vautrin, ce n’est pas du tout leur école. »

Celle qui est devenue en 2014 présidente de Reims Métropole, soutient, deux ans plus tard Nicolas Sarkozy pour la primaire des Républicains et devient son porte-parole aux côtés d’Eric Ciotti. « C’est une Sarko girl », explique à BFM TV une source gouvernementale. De là à voir dans son éventuelle nomination à Matignon l’influence de l’ancien président, dont Emmanuel Macron est proche, il n’y a qu’un pas…