Jean Castex restera en poste jusqu’à lundi (au moins)

REMANIEMENT Une question demeure, quand Jean Castex apportera-t-il sa lettre de démission du poste de Premier ministre à Emmanuel Macron ?

20 Minutes avec AFP
— 
Jean Castex devant l'Elysée.
Jean Castex devant l'Elysée. — Ludovic MARIN / AFP

Une page se tourne ce vendredi avec la fin, à minuit, du premier quinquennat Macron. Mais persiste l’attente de la nomination du prochain Premier ministre au relais de Jean Castex qui restera en poste au moins jusqu’à lundi.

Quand Jean Castex apportera-t-il sa lettre de démission au chef de l’Etat ? Si l’Elysée n’a donné aucune indication, une chose est certaine : le chef du gouvernement est bien en train de faire ses cartons, une « nécessité politique » selon lui, alors qu’Emmanuel Macron cherche à se procurer un nouveau souffle pour les élections législatives de juin.

Macron, « maître des horloges »

Mais, dans l’absolu, tout est possible, d’autant plus que le chef de l’Etat se pose toujours volontiers en « maître des horloges » et du suspense. « C’est une coutume, une tradition républicaine qui veut que le Premier ministre présente sa démission lorsqu’un nouveau président de la République est élu. Il n’y est pas obligé mais c’est une tradition républicaine », explique Dominique Rousseau, professeur de Droit constitutionnel à l’université Panthéon-Sorbonne. En cas de réélection, il peut le faire dès le lendemain du scrutin – c’est le cas au sortir d’une cohabitation – ou au début du nouveau mandat.

En théorie, le Premier ministre peut aussi expédier les affaires courantes jusqu’aux législatives des 12 et 19 juin. Il remettra alors sa démission au président au lendemain du scrutin. « Ce n’est pas une règle écrite mais c’est l’usage qui a toujours été respecté depuis 1958 », note le constitutionnaliste, en rappelant le précédent de Georges Pompidou après la réélection du général de Gaulle en 1965.

Un dernier petit tour au Vatican

Mais le changement n’est pas pour ce week-end. Dimanche, Jean Castex a un dernier déplacement à son agenda : conduire la délégation française pour la canonisation dimanche au Vatican de l’explorateur puis ermite Charles de Foucauld. Le déplacement était connu. Vendredi, Matignon a levé le doute en confirmant que Jean Castex irait bien au Vatican en sa qualité de Premier ministre et non en tant qu’ancien chef du gouvernement.

En attendant, Jean Castex a fait ses adieux au personnel de Matignon mercredi, puis jeudi soir aux ministres, conviés à un buffet dans les jardins avec leurs conjoints. « N’oubliez jamais que nous ne sommes que des serviteurs ! L’action politique est une action collective. Les ambitions sont légitimes mais elles ne valent que si elles sont au service du collectif », a-t-il dit, selon un participant, aux ministres qui lui ont offert une ovation debout et un maillot de rugby.





Et dans la foulée, les mots d’adieu des ministres à Jean Castex ont essaimé sur les réseaux sociaux. « Un homme rare », « merci pour tout »… les hommages se sont succédé alors que comme chacun le sait déjà Emmanuel Macron a assuré, lundi à Berlin, connaître d’ores et déjà le nom de son (ou sa) futur Premier ministre.