Législatives 2022: Marine Le Pen lance sa campagne en attaquant le « fou du roi » Mélenchon

KICK OFF La présidente du Rassemblement national lance sa campagne en attaquant Jean-Luc Mélenchon

20 Minutes avec AFP
Marine Le Pen, le 25 avril 2022.
Marine Le Pen, le 25 avril 2022. — Michel Euler/AP/SIPA

Marine Le Pen a lancé dimanche sa campagne pour  les législatives à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), où elle est candidate à sa réélection, en ciblant Jean-Luc Mélenchon, qualifié de « fou du roi », pour avoir selon elle favorisé la réélection d’Emmanuel Macron.

« La fable de Jean-Luc Mélenchon opposant à Emmanuel Macron, on va peut être arrêter, maintenant… Ça a duré 15 jours, ça a fait rire tout le monde », a-t-elle déclaré à son arrivée dans cette municipalité RN, qui fait partie de la 11e circonscription du Pas-de-Calais, où elle est élue députée depuis 2017.

« Il joue les fous du roi, il surjoue l’insolence à l’égard du président », a lancé l’ex-candidate RN à la présidentielle. Mais « la réalité, c’est que Jean-Luc Mélenchon a fait élire Emmanuel Macron » en demandant à ses électeurs de ne pas voter pour elle, a-t-elle estimé. « Ça le discrédite absolument pour pouvoir se mettre dans la posture de l’opposant. »

Le RN compte lutter contre la politique sociale d’Emmanuel Macron

Marine Le Pen s’est aussi moquée du chef de La France Insoumise​, qui tente ces dernières semaines de mener le rassemblement à gauche.

« Pour pouvoir gagner une législative, il faudrait qu’il accepte de se présenter, déjà. Ce serait un bon début », a ironisé Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon ayant annoncé qu’il ne serait lui-même vraisemblablement pas candidat.

La candidate malheureuse à l’élection présidentielle a pris dimanche un bain de foule dans le marché de ville et multiplié les selfies. Elle devait ensuite prononcer un discours.

Elle a assuré que « le combat » n’était « pas terminé, parce que la politique qu’Emmanuel Macron compte mettre en œuvre est tout aussi nocive aujourd’hui qu’elle ne l’était il y a 15 jours ».

Elle a dit espérer que le RN entrerait « en force à l’Assemblée nationale pour mener le combat contre la politique sociale qu’Emmanuel Macron veut mettre en œuvre ».

« Nous lutterons également contre le laxisme, celui que nous avons vu à l’œuvre depuis 5 ans en matière d’insécurité, d’immigration, qui est un des points ou l’alliance entre Mélenchon et Macron est peut être la plus dangereuse », a-t-elle affirmé.

Marine Le Pen fera notamment face dans sa circonscription à Marine Tondelier (EELV), conseillère municipale d’opposition à Hénin-Beaumont.

Investie par la « Nouvelle union populaire écologique et sociale » (Nupes), Marine Tondelier était porte-parole du candidat écologiste Yannick Jadot pendant la campagne présidentielle.