François Bayrou favorable à un référendum sur la réforme des retraites

CHOIX Début avril, Emmanuel Macron avait estimé que les référendums « dans le cadre de l’article 11 » étaient un instrument qui pouvait être « utilisé », y compris pour une réforme des retraites

20 Minutes avec AFP
— 
François Bayrou en meeting.
François Bayrou en meeting. — Jacques Witt/SIPA

Le président du MoDem, François Bayrou, a affirmé dimanche être « favorable » à ce que la réforme des retraites fasse l’objet d’un référendum, ce qu' Emmanuel Macron avait dit considérer, sans le promettre formellement, lors de la campagne présidentielle. A propos de cette réforme-phare du programme du candidat Macron, François Bayrou a dit y être « favorable » lors de l’émission Dimanche en politique sur France 3, en rappelant qu’il l’avait « proposé à l’élection présidentielle de 2007 », lorsqu’il était lui-même candidat.

« Qu’est-ce qui fait que cette réforme des retraites est totalement explosive ? », a interrogé ce proche du chef de l’Etat. « Je crois que Michel Rocard avait dit : "c’est une réforme qui fera sauter plusieurs gouvernements". Pourquoi ? Parce qu’il y a une espèce de blocage du pays chaque fois qu’on aborde cette question », a-t-il fait valoir, en estimant que « si ce blocage est une menace réelle, alors il y a un moyen très simple pour lever le blocage, c’est de dire : "Ce sont les Français qui choisiront" ». « J’ai toujours défendu cette idée du référendum », a-t-il ajouté, en reconnaissant toutefois que « ça n’est pas une idée majoritaire ».

Une réforme « pour les Français »

Le haut-commissaire au Plan a encore considéré que « c’est une réforme non pas pour un gouvernement, mais pour les Français, c’est pour eux que la réforme est faite et [ce sont eux] qui paient : il est légitime, si on est en situation de blocage, de leur remettre le choix ».
« Et moi, je ne doute pas que ce choix ira dans le sens de l’équilibre », a-t-il estimé.

Lors de la campagne, début avril, Emmanuel Macron avait estimé que les référendums « dans le cadre de l’article 11 » étaient un instrument qui pouvait être « utilisé », y compris pour une réforme des retraites, mais qu’il voulait « privilégier d’abord une large concertation politique et avec les partenaires sociaux sur ce sujet ».