McKinsey : L'entreprise paiera tous les impôts qu'elle doit en France, réaffirme Bruno Le Maire

PROMESSE Il a aussi rappelé que l’administration avait « engagé une vérification fiscale sur le cabinet McKinsey en novembre dernier »

20 Minutes avec AFP
— 
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. — Tobias Schwarz/AP/SIPA

C’est une promesse solennelle dans l’espoir d’éteindre l’incendie qui entache la campagne d’Emmanuel Macron à quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle. McKinsey « paiera tout ce qu’ils doivent comme impôt au Trésor public français », a réaffirmé ce jeudi le ministre de l’Economie Bruno Le Maire.

Le Parquet national financier a annoncé ce mercredi l’ouverture d'une enquête sur les pratiques fiscales du cabinet de conseil américain. Le ministre n’a pas souhaité commenter directement l’ouverture de cette enquête, estimant seulement sur Franceinfo que « c’est le rôle de la justice de se saisir des affaires dont elle estime qu’elle doit se saisir ».


« Blanchiment aggravé de fraude fiscale »

Il a aussi rappelé que l’administration avait « engagé une vérification fiscale sur le cabinet McKinsey  en novembre dernier ». « Qu’on ne laisse pas dire que l’administration fiscale ne fait pas son travail », a enchaîné Bruno Le Maire.

Le procureur national financier a indiqué mercredi qu’après avoir pris connaissance du rapport de la commission d’enquête du Sénat  sur l’influence des cabinets de conseil privés sur les politiques publiques, son parquet avait ouvert une enquête préliminaire pour blanchiment aggravé de fraude fiscale.

Soupçons d’optimisation fiscale

Les investigations ont été confiées au Service d’enquêtes judiciaires des finances (SEJF), a précisé le procureur dans ce communiqué sans mentionner le nom de McKinsey.

Dans un rapport remis le 16 mars, la commission d’enquête du Sénat assurait que les contrats conclus par l’Etat avec les cabinets de consultants comme McKinsey avaient « plus que doublé » entre 2018 et 2021, atteignant un montant record de plus d’un milliard d’euros en 2021. Elle accusait aussi les entités françaises du cabinet McKinsey d'« optimisation fiscale », ce qui leur aurait permis de ne payer aucun impôt sur les sociétés entre 2011 et 2020.

« Mauvaise foi » de l’opposition

A quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, les oppositions ont dénoncé un favoritisme de la majorité au profit de ce cabinet de conseil, et avaient appelé à l’ouverture d’une enquête.

Bruno Le Maire a défendu le recours aux cabinets de conseil, dénonçant la « mauvaise foi » des oppositions et de responsables politiques qui dénoncent la majorité actuelle, alors qu’eux aussi « ont utilisé ces mêmes cabinets de conseil » dans leurs responsabilités locales.