Qui a dit: je ne suis pas un «bad boy» mais «un très brave type»?

POLITIQUE Indice, il ne s'entend pas très bien avec Jean-Marc Ayrault (PS)...

Avec agence

— 

C'est Jean-François Copé, le patron des députés UMP. Il a assuré mardi qu'il n'était pas un «bad boy», dans une allusion aux tensions actuelles gauche-droite à l'Assemblée nationale.

«Je sais qu'en ce moment, tout est bon pour expliquer que je suis le bad boy. J'ai compris que Jean-Marc Ayrault (son homologue socialiste, ndlr) est dans cette stratégie. Je vous assure qu'il va falloir se lever tôt pour le montrer avec des faits, parce que je ne suis pas comme ça. En fait, je suis un très brave type», a déclaré le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale devant la presse.

«Qu'est-ce qui se passe avec M. Sauvadet?»

Alors que les journalistes lui demandaient sa réaction après que son homologue du Nouveau Centre, François Sauvadet, a prévenu que les députés centristes voteraient contre la réforme du règlement de l'Assemblée si le texte n'évoluait pas, il a répondu: «Aucune réaction.»

«Il fait ce qu'il veut. Franchement, ce n'est pas mon affaire», a-t-il dit avant d'ajouter, ironique: «Qu'est-ce qui se passe avec M. Sauvadet? Il est malheureux? Pourquoi? Qu'est-ce que je dois faire? Vous voulez que je le rencontre? Je rencontre qui vous voulez, moi.»