Élection présidentielle 2022 : Deux étudiants lancent "Qui pense quoi ?", une application « pour former une opinion »

NOUVEAUTÉ Une application a été lancée début janvier par deux étudiants d'une école de commerce de Lille. Le but ? Que chaque utilisateur puisse se forger une opinion sur de nombreux sujets, dont la présidentielle.

Thibault Gagnepain
— 
Maxime Dupuy et Matthieu Riff, les deux fondateurs de l'application
Maxime Dupuy et Matthieu Riff, les deux fondateurs de l'application — Qui pense quoi
  • Maxime Dupuy et Matthieu Riff ont lancé, début janvier, l’application "Qui pense quoi ?"
  • Sur celle-ci, chaque jour, une grande question d’actualité est posée. Avec une revue de presse mise à disposition afin de se faire son opinion avant de répondre.
  • « On sélectionne des articles où des choix éditoriaux différents ont été faits afin que plusieurs facettes d’un même thème soient abordées », précise Maxime Dupuy, qui gère aussi la rubrique « Info » de l’application avec son binôme. Là, chaque jour, l’actualité y est traitée « de manière simple et synthétique ».

« Y a-t-il trop de candidats à l’élection présidentielle », « Pensez-vous qu’il faille continuer à construire des éoliennes » ou encore « Le soutien de Marion Maréchal est-il crucial pour Eric Zemmour »… Voilà le type de questions posé chaque jour aux utilisateurs de l’application « Qui pense quoi » (QPQ).

Cette dernière a été lancée début janvier « mais on travaille dessus depuis octobre », précise son co-fondateur Maxime Dupuy. L’étudiant à SKEMA Business School de Lille a eu l’idée avec un de ses camarades, Matthieu Riff. Pourquoi ? « Car on est des passionnés de politique et on aime débattre. Sauf qu’on ne retrouvait pas trop cette possibilité sur les réseaux sociaux actuels », répond le natif de Strasbourg, 23 ans. « Souvent les algorithmes nous montrent ce qu’on aime voir et on se retrouve enfermé dans des bulles d’opinion. »

L'application peut être téléchargée sur n'importe quel smartphone.
L'application peut être téléchargée sur n'importe quel smartphone. - Qui pense quoi

Avec QPQ, le duo de jeunes entrepreneurs espère avant tout que les utilisateurs « se forment leur opinion ». Pour cela, ils ont donc choisi de poser une grande question chaque jour, avec un vote, mais aussi et surtout une revue de presse proposée en parallèle afin de se renseigner sur le sujet. Trois liens vers des sites d’actualités, comme 20 Minutes parfois, sont proposés.

« On sélectionne des articles où des choix éditoriaux différents ont été faits afin que plusieurs facettes d’un même thème soient abordées », précise Maxime Dupuy, qui gère aussi la rubrique « Info » de l’application avec son binôme. Là, chaque jour, l’actualité y est traitée « de manière simple et synthétique ». Enfin, les 12 candidats à l’élection présidentielle ont tous droit à une courte biographie et aux mesures emblématiques de leur programme de campagne.

Pas que de la politique

Bref, « Qui pense quoi » est pour le moment très politique. Définitivement ? « Pas du tout », se défend Maxime Dupuy. « C’est vrai qu’on a voulu surfer sur cette période des élections pour attirer du monde mais l’idée, à terme, c’est de parler de tout. De sport, d’écologie, d’économie… Que tout le monde puisse s’y retrouver selon ses sources d’intérêts et que l’appli forme une réelle communauté d’opinions »

Les deux étudiants voient ainsi plus loin : ils espèrent qu’à terme, « des institutions ou des entreprises puissent venir y poser leur question ». L’intérêt serait évidemment financier, mais pas uniquement. « Si c’est le cas, les utilisateurs pourront voir que leur vote a un impact sur des réalisations concrètes, tout le monde peut y gagner », prône celui qui se destine à une carrière dans le « management de projets »

Peut-être celui-là, si l’aventure dure. Le duo avait déjà tenté sa chance avec l’application « Discuss » mais « elle n’a pas trouvé son public ». « QPQ » a davantage de succès et compte, début mars, « environ 5.000 utilisateurs, soit le chiffre qu’on s’était fixé ». « On aimerait être 15.000 d’ici deux à trois mois et début avril, on compte lever des fonds afin de recruter un développeur, faire du marketing etc. », indique Maxime Dupuy, qui a tout conçu avec Matthieu Riff depuis le début. Sans, pour l’instant, montrer la moindre lassitude malgré la charge de travail qui vient s’ajouter aux cours. « On ne se lasse pas, on est des entrepreneurs nés ! »