Présidentielle 2022 : « Juif de service »... Les propos de Yannick Jadot sur Eric Zemmour choquent

SAILLIE Eric Zemmour « fait le juif de service pour les antisémites », a déclaré le candidat écologiste

C.P avec AFP
— 
Yannick Jadot.
Yannick Jadot. — ISA HARSIN/SIPA

Le ton est donné. Yannick Jadot s’en est pris à  Eric Zemmour, ce dimanche, en estimant au micro de  Radio J qu’Eric Zemmour « fait le juif de service pour les antisémites ». ​

Il a également ajouté que le candidat d’extrême droite porte des « pulsions de mort » et « essaye de réconcilier une partie de la France avec l’Algérie française, avec Pétain, avec l' antisémitisme ».


« Retirez ce propos »

« Je comprends ce qu’il a voulu dire, l’expression n’est pas très heureuse », a réagi le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, lundi chez nos collègues de franceinfo. « Je pense qu’on n’est pas obligés de qualifier les gens par leur origine, par leur religion », a-t-il ajouté.

Le président du Printemps républicain Amine El-Khatmi a tweeté : « Je me sens blessé au plus profond de moi-même quand on me traite d’arabe de service. J’exècre Zemmour mais je ne supporte pas plus de le voir renvoyé à un statut de "juif de service". @yjadot, vous valez mieux que ça. Retirez ce propos ».


« C’est choquant, c’est honteux cette résurgence de l’antisémitisme d’extrême gauche, et on doit condamner ces propos », a dénoncé le finaliste malheureux de la primaire de la droite Eric Ciotti sur BFMTV.

« C’est grave ce que vous dites là »

« C’est un fait qu’Eric Zemmour, aujourd’hui, est celui qui réhabilite la pensée de Vichy », qu'« il est celui qui a osé dire que le maréchal Pétain avait sauvé les juifs français en livrant les juifs étrangers ». « Rien que ça, ça devrait nous faire sursauter », a-t-il affirmé.

Le journaliste en charge de l’entretien Frédéric Haziza, avait réagi vivement à ce propos pendant l’interview : « C’est grave ce que vous dites là ». « Bien sûr, et c’est extrêmement grave ce que porte Zemmour dans la société », lui a répondu Yannick Jadot. « Ça veut dire qu’il est devenu la caution, l’alibi des antisémites ? », a demandé le journaliste. « Bien sûr », lui a rétorqué le candidat EELV.