Emmanuel Macron dans le Pas-de-Calais et le Nord mercredi

ELYSEE Le président de la République participera notamment à une réunion des ministres de l’Intérieur de l’UE qui vise, entre autres, à préparer la réforme de l'espace Schengen", l’une des priorités de la présidence française de l’UE

20 Minutes avec AFP
Emmanuel Macron.
Emmanuel Macron. — Jacques Witt/SIPA

Emmanuel Macron se rend mercredi dans le Pas-de-Calais avant d'aller défendre à Tourcoing (Nord) le pacte migratoire européen e  t la réforme de l'espace Schengen à l'occasion d'une réunion des ministres de l'Intérieur de l'UE, a indiqué dimanche l'Elysée.

Alors que le déplacement à Tourcoing avait déjà été annoncé, la présidence a indiqué dimanche qu'il sera précédé d'une visite dans le Pas-de Calais, au moment où les adversaires politiques d'Emmanuel Macron le poussent à déclarer sa candidature à la présidentielle.

D’abord parler d’avenir du bassin minier

Le chef d'Etat se rendra d'abord à Liévin, ancienne cité minière, où il commémorera la mémoire des 42 mineurs décédés le 27 décembre 1974 à la fosse de Saint-Amé et échangera avec des acteurs locaux lors d'une réunion sur «l'avenir du bassin minier».

Cette visite, en présence des ministres déléguées Agnès Pannier-Runacher, (Industrie), Brigitte Bourguignon (Autonomie) et Emmanuelle Wargon (Logement), s'inscrit, selon l'Elysée, dans la continuité de l'Engagement pour le renouveau du bassin minier (ERBM), «visent à donner une nouvelle impulsion au bassin minier».

Emmanuel Macron ira ensuite au musée du Louvre-Lens où, accompagné de Roselyne Bachelot (Culture), il échangera avec des collégiens et lycéens.

Préparer la réforme de l’espace Schengen

Il terminera la journée à Tourcoing pour la réunion informelle des ministres européens de l'Intérieur dans le cadre de la Présidence française du Conseil de l'Union européenne.

Selon l'Elysée, le président souhaite «marquer l'importance des discussions en cours en vue de réformer l'espace Schengen», une réforme dont la France a fait l'une des priorités de la présidence du Conseil de l'UE qu'elle assume depuis le 1er janvier pour six mois.