Présidentielle 2022 : Les syndicats manifestent jeudi pour une augmentation des salaires

SOCIAL Les organisations entendent placer le pouvoir d’achat au cœur des débats de la campagne présidentielle

M.F avec AFP
— 
La CGT, FO, la FSU, Solidaires et plusieurs organisations de jeunesse appellent à une nouvelle journée de mobilisation "sur les salaires et l'emploi" jeudi 27 janvier 2022.
La CGT, FO, la FSU, Solidaires et plusieurs organisations de jeunesse appellent à une nouvelle journée de mobilisation "sur les salaires et l'emploi" jeudi 27 janvier 2022. — LOIC VENANCE / AFP

Alors que le pouvoir d’achat arrive en tête des préoccupations des Français selon un sondage Ipsos pour France Inter, devant le système de santé et l’environnement, les syndicats comptent bien lui donner de l’écho en battant le pavé jeudi. La CGT, FO, la FSU, Solidaires et plusieurs organisations de jeunesse demandent une augmentation du Smic et du point d’indice des fonctionnaires, et plus généralement de tous les salaires, des allocations et des pensions de retraite,  dans un contexte de forte inflation (+2,8 % sur un an en décembre) et de dividendes records.

A Paris, une manifestation s’élancera vers 13h30 de la place de la Bastille en direction de Bercy, après un « meeting concert » à partir de midi au cours duquel responsables et représentants des organisations auront pris la parole. Le premier syndicat français ne joindra cependant pas ses forces à l’intersyndicale jeudi. « C’est la multiplication des initiatives concrètes et ciblées qui fera le résultat. Pas la grande manifestation interprofessionnelle. Le fourre-tout ne marche pas », plaide-t-il. La CFDT a décidé d’organiser de son côté le 3 février « une marche des travailleurs essentiels », qui devrait rassembler plusieurs centaines de personnes dans l’ouest parisien.

Les enseignants seront présents

Les rangs des manifestants seront grossis jeudi par les bataillons des salariés du public et du privé mobilisés ces dernières semaines : les enseignants, déjà dans la rue les 13 et 20 janvier pour protester contre la gestion de la crise sanitaire du Covid-19 à l’école, ou les personnels hospitaliers, qui avaient manifesté le 11 janvier.

Si des négociations salariales ont été engagées dans de nombreuses branches, les résultats ne sont pas toujours au rendez-vous : dans la coiffure, les transports, les laboratoires de biologie médicale, la pharmacie, « on n’est pas satisfaits », a énuméré lundi auprès de Boursorama le secrétaire général de FO, Yves Veyrier. Les syndicats déplorent qu’il n’y ait eu aucun coup de pouce au Smic au cours du quinquennat, et pas davantage de relèvement du point d’indice.

La précédente mobilisation interprofessionnelle, le 5 octobre, avait mobilisé 85.400 personnes selon le ministère de l’Intérieur, et plus de 160.000 selon la CGT. Les organisations syndicales se sont d’ores et déjà donné rendez-vous vendredi matin pour une réunion destinée à décider des suites du mouvement. L’Unsa et la CFE-CGC ont annoncé leur venue.