Nicolas Sarkozy réélu?

POLITIQUE Un sondage Ifop affirme qu'il devancerait de nouveau Ségolène Royal et François Bayrou si le premier tour des présidentielles devait avoir lieu dimanche...

Avec agence

— 

Pôle emploi va recruter 1.840 agents supplémentaires pour faire face à l'alourdissement des tâches provoqué par la forte remontée du chômage ces derniers mois, a annoncé Nicolas Sarkozy mardi lors d'un déplacement à Châtellerault.
Pôle emploi va recruter 1.840 agents supplémentaires pour faire face à l'alourdissement des tâches provoqué par la forte remontée du chômage ces derniers mois, a annoncé Nicolas Sarkozy mardi lors d'un déplacement à Châtellerault. — Gérard Cerles AFP

Toujours légitime deux ans après son élection. Si le premier tour des élections présidentielles devait avoir lieu dimanche, Nicolas Sarkozy devancerait de nouveau Ségolène Royal et François Bayrou, selon un sondage Ifop à paraître dans l'édition dominicale de «Sud Ouest» dont les résultats sont disponible sur le site du journal.

Le chef de l’Etat rassemblerait 28% des suffrages contre 20,5% pour la candidate socialiste et 19% pour le chef de file du MoDem. C’est moins que son score du premier tour en 2007, où Nicolas Sarkozy avait recueilli 31% des voix. Même sanction pour Ségolène Royal (26%). Seul François Bayrou (18,5% en 2007) gagnerait des voix, rappelle l'institut de sondage.

L’extrême gauche en progression

«Les petits candidats de la gauche augmentent leur score, principalement au détriment de la candidate socialiste», affirme l'Ifop. Ainsi, pour ce premier tour virtuel qui se déroulerait dimanche, Olivier Besancenot (NPA) recueille 8% des intentions de vote (contre 4,8% en 2007). Marie-George Buffet gagnerait 1 point (3%) et Arlette Laguiller 0,5 (2%). «Dans le contexte de crise sociale, l'extrême-gauche apparaît comme la première bénéficiaire de cette augmentation», commente l'Ifop. Pour les écologistes, Dominique Voynet (Verts) grimperait à 4% (+2,5). «L'éclatement de la gauche se renforce, le vote utile semble avoir été en partie oublié», analyse l'institut de sondage.

Quant à l'extrême droite, «son audience diminue légèrement», Jean-Marie Le Pen (FN) «souffre plus particulièrement d'une désaffection, en ne recueillant que 7,5% des intentions de vote» (10,5% en 2007). En revanche, le score de Philippe de Villiers (MPF) s'élèverait à 4% (+2 points).