Présidentielle 2022 : Selon notre baromètre, à 80 jours du premier tour, seuls 45 % des 18-30 ans comptent aller voter

#MOIJEUNE2022 A l’occasion de l’élection présidentielle, le baromètre OpinionWay- « 20 Minutes »-« Ouest France »-Journaux de Loire va mesurer chaque mois l’intérêt et la mobilisation de 18-30 ans pour la campagne, ainsi que leur adhésion et leur confiance dans les candidats

Charlotte Murat
— 
Lors des élections régionales de 2021, l'abstention avait atteint 72% chez les 18-34 ans.
Lors des élections régionales de 2021, l'abstention avait atteint 72% chez les 18-34 ans. — KONRAD K./SIPA
  • Les jeunes de 18 à 30 ans ne sont que 45 % à affirmer qu’ils iront voter, révèle première vague du baromètre OpinionWay – 20 Minutes Ouest France – Journaux de Loire publié ce mercredi. Un chiffre qui tombe à 38 % chez les plus jeunes, les 18-22 ans.
  • Les 18-22 ans sont pourtant les plus intéressés par la campagne présidentielle et sont ceux qui se retrouvent le plus dans les idées d’un candidat.
  • De manière globale, comme le montre notre baromètre, cette génération est politisée, mais s’engage par d’autres moyens que le vote. Conséquence, les jeunes – a fortiori ceux tout juste majeurs – ont très peu d’attente vis-à-vis de la personne qui accédera à l’Elysée.

Aux régionales de 2021, 82 % des 18-34 ans s’étaient abstenus. Un an plus tôt, pour les  municipales, ils étaient 72 % à sécher les urnes. A 80 jours du premier tour de   l'élection présidentielle, une question se pose : les jeunes iront-ils voter pour désigner le ou la future locataire de l’Elysée ? C’est non pour 55 % des 18-30 ans, selon le baromètre #MoiJeune2022 OpinionWay – 20 Minutes Ouest France – Journaux de Loire*, publié ce mercredi. Et l’intention de   s'abstenir monte même à 62 % chez les plus jeunes, les 18-22 ans. « C’est effrayant », note Dorian Dreuil, expert associé à la Fondation Jean-Jaurès  et co-président de l’ONG A voté, qui milite pour l'inscription sur les listes électorales. « Mais la campagne n’a pas encore vraiment commencé, avec  la primaire populaire à venir à gauche et  Emmanuel Macron qui n’est pas encore officiellement candidat. »

Tous les résultats du baromètre
Tous les résultats du baromètre - Statista

Les jeunes sont pourtant, selon notre baromètre, 62 % à s’intéresser à cette campagne. Et si l’on regarde dans le détail, le chiffre grimpe à 66 % pour les 18-22 ans, et même jusqu’à 68 % pour les primo-votants – c’est-à-dire ceux qui n’ont jamais voté à une élection présidentielle. Quant à savoir si un ou une candidate représente les idées des jeunes, c’est le cas pour 54 % des 18-30 ans. Là encore, l’écart est grand entre les 18-22 ans, dont 62 % se reconnaissent dans les idées d’un ou d’une candidate, et les 28-30 ans, qui sont seulement 50 % à le penser.

« Les jeunes ne se reconnaissent pas dans le vote »

En résumé, les plus jeunes sont ceux qui s’intéressent le plus à la campagne et qui se retrouvent le plus dans les idées des candidats, mais sont également ceux qui ont le moins l’intention d’aller voter. « Cela prouve qu’à l’inverse de la croyance populaire, les plus jeunes croient encore qu’on peut changer le monde, observe Dorian Dreuil. Mais ils ne se reconnaissent pas dans le vote. Ils sont politisés, mais ne reconnaissent pas le pouvoir ni de la politique en tant qu’institution, ni des personnels politiques. Ils agissent par des canaux différents, comme les pétitions en ligne, les mouvements citoyens ou en repartageant des stories, par exemple. »



Conséquence de la défiance envers la politique et les politiques, les 18-30 ans ont peu d’attente envers le ou la future présidente de la République. Une majorité d’entre eux (52 %) pense que leur situation personnelle ne s’améliorera pas si le candidat de leur choix est élu. Et ce chiffre monte à 63 % chez les jeunes sympathisants EELV. Qui ne sont par ailleurs que 50 % à se reconnaître dans les idées d’un candidat, malgré la  primaire qui a vu la victoire de  Yannick Jadot.

Après la vague verte aux municipales et quand on sait que l’écologie est la première préoccupation de la jeunesse, ces chiffres peuvent surprendre. « L’enjeu climatique est un thème très fort, mais à cause du désenchantement à l’égard du monde politique, plus la cause leur est chère, moins les jeunes reconnaissent à la politique et aux politiques la capacité d’agir, note Dorian Dreuil. Les politiques ont perdu le pouvoir. »

* Baromètre #MoiJeune 2022 OpinionWay – 20 Minutes – Ouest France – Journaux de Loire réalisé du 5 au 13 janvier sur un échantillon de 1026 personnes représentatif de la population française de 18 à 30 ans selon la méthode des quotas.

Envie de participer ?

Si vous avez entre 18 et 30 ans, vous pouvez participer au projet « #MoiJeune », une série d’enquêtes lancée par 20 Minutes avec OpinionWay, en vous inscrivant ICI.