Présidentielle 2022 : Yannick Jadot affirme vouloir « renationaliser » EDF

ELECTRICITE « Ce que je veux, c’est qu’EDF devienne un outil stratégique puissant, cohérent, au service de la transition énergétique », a expliqué le député européen au Grand Jury RTL-Le Figaro – LCI

20 Minutes avec AFP
— 
Yannick Jadot, candidat EELV à l'élection présidentielle.
Yannick Jadot, candidat EELV à l'élection présidentielle. — FRANCOIS GREUEZ/SIPA

Le candidat écologiste à la présidentielle Yannick  Jadot a affirmé dimanche vouloir « renationaliser »  EDF par un changement de statut, en refaisant un établissement public industriel et commercial (EPIC). « L’électricité est un bien commun. Il faut renationaliser l’EDF comme un établissement public EPIC », a twitté Yannick Jadot.

« Ce que je veux, c’est qu’EDF devienne un outil stratégique puissant, cohérent, au service de la transition énergétique », a expliqué le député européen au Grand Jury RTL-Le Figaro – LCI. « Quand l’Etat ferme une centrale nucléaire, on paye des indemnités astronomiques à EDF et aux actionnaires. Aujourd’hui vous avez un opérateur EDF qui, à travers les décisions du gouvernement, est en train de se faire hara-kiri pour que Total et Engie fassent des records de bénéfices et versent des dividendes astronomiques à leurs actionnaires », a-t-il dénoncé.

EDF accumule les déboires

Selon lui, passer de presque 84 à 100 % du capital d’EDF pour l’Etat, ça coûte « autour de 5 à 6 milliards d’euros, c’est beaucoup moins cher ». EDF accumule les déboires alors que le gouvernement lui a demandé d’augmenter de 20 % le volume d’électricité nucléaire vendu à prix réduit à ses concurrents cette année, afin de limiter la hausse des prix de l’électricité pour les consommateurs.

Le candidat écologiste demande une commission d’enquête parlementaire après le « fiasco absolu » de l’EPR de Flamanville. « Personne, pas un ministre, pas un responsable d’EDF n’est devant une commission d’enquête pour justifier des 17 milliards d’euros » de dépassement, selon lui (20 milliards selon la Cour des comptes, contre 3,3 milliards prévus initialement). « Vous vous rendez compte que 17 milliards, c’est presque le budget de l’enseignement supérieur ? et vous avez des gens qui brassent les milliards d’euros d’argent public sans jamais rendre de comptes », a-t-il déploré.

EDF a annoncé mercredi que le démarrage du réacteur nucléaire de nouvelle génération EPR en construction à Flamanville (Manche) était repoussé à 2023, en raison notamment de la pandémie de Covid-19, avec à la clé un nouveau surcoût de 300 millions d’euros.