Absentéisme: Jean-François Copé veut regagner la journée du jeudi

PARLEMENT L'Assemblée nationale est souvent désertée le jeudi...

20minutes.fr (avec agence)

— 

La majorité UMP à l'Assemblée nationale a étouffé jeudi la fronde d'une partie de ses membres en refusant de toucher au bouclier fiscal à l'occasion de l'examen du collectif budgétaire, en pleine journée de grève et de manifestations face à la crise.
La majorité UMP à l'Assemblée nationale a étouffé jeudi la fronde d'une partie de ses membres en refusant de toucher au bouclier fiscal à l'occasion de l'examen du collectif budgétaire, en pleine journée de grève et de manifestations face à la crise. — Bertrand Guay AFP

Le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Jean-François Copé, souhaite que le règlement de l'institution qui doit être revu d'ici l'été prévoit la présence à Paris des députés «du mardi matin au jeudi soir», dans un entretien à paraître dans la «Revue Parlementaire».

Concernant cette présence des députés à l'Assemblée du mardi au jeudi, le député de Seine-et-Marne ajoute que «ce n’est pas le cas aujourd’hui». De nombreux députés, cumulant des fonctions locales, fréquentent en effet l'Assemblée essentiellement les mardis et mercredis après-midi.

Pas de sanctions, pour Copé


«Il faut que chacun comprenne que si l’on veut coproduire les réformes et pas seulement amender ou débattre, il faut être présents. Il faut aussi être là pour voter le texte», affirme-t-il. Estimant que «nous ne sommes plus au temps du député godillot», Copé juge que «nous ne sommes pas pour autant passé à l’hyper député».

Copé affirme que cette question du règlement sera abordée le 28 avril lors de la réunion extraordinaire du bureau du groupe UMP, en n'excluant «aucune hypothèse». Le président du groupe UMP veut éviter, comme il l'a déjà déclaré, des sanctions financières contre les députés absentéistes.