Gers : Condamné à deux ans de prison avec sursis, Philippe Martin, le président du département, démissionne

JUSTICE Condamné à deux ans de prison avec sursis notamment pour l’emploi fictif d’assistante parlementaire de son ex-femme, Phlippe Martin quitte le mandat qu'il a occupé pour la première fois en 1998

B.C. avec AFP
— 
Condamné à deux ans de prison avec sursis, le président PS du conseil départemental du Gers démissionne.
Condamné à deux ans de prison avec sursis, le président PS du conseil départemental du Gers démissionne. — ERIC CABANIS / AFP

Deux jours après avoir été condamné à deux ans de prison avec sursis pour détournements de fonds publics,  Philippe Martin, le président PS du conseil départemental du  Gers​ vient de présenter sa démission. Mardi, l’élu socialiste avait été reconnu coupable d’avoir rémunéré entre 2002 et 2013 son ex-femme pour un emploi fictif d’assistante parlementaire alors qu’il était député de la première circonscription du Gers.

Lors de l’audience, l’ancien ministre de François Hollande a aussi été déclaré inéligible pour trois ans et condamné à rembourser à l’Assemblée nationale les 238.000 euros versés à son ancienne épouse, ainsi que 194.000 euros pour la rémunération d’une femme travaillant pour le Parti socialiste du Gers entre 2005 et 2012.

Dans une déclaration écrite, Philippe Martin fait part de sa « tristesse » de « devoir quitter cette présidence dans des circonstances particulières qui laissent un goût amer, et sur lesquelles (il) ne souhaite pas revenir ».

Depuis l’annonce de cette condamnation, de nombreuses voix se sont élevées pour demander la démission de Philippe Martin. Parmi lesquelles celle du référent En Marche du Gers, Bertrand Gonthiez, qui évoque « une affaire Fillon gersoise » et s’interroge sur « la sincérité » des dernières élections départementales au cours desquelles selon lui « les Gersois ont été trompés ».