Pass vaccinal : L’Assemblée nationale approuve le texte après trois jours de débats agités

DIRECTION LE SENAT Le texte a été adopté à 5h25 par 214 voix pour, celles de la majorité et d’une partie des LR et du PS

20 Minutes avec AFP
— 
L'Assemblée nationale a adopté ce jeudi en première lecture le projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal.
L'Assemblée nationale a adopté ce jeudi en première lecture le projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal. — Jacques Witt/SIPA

Le pass vaccinal vient de passer une étape. Après trois jours de débats tumultueux, alimentés par des propos controversés d’Emmanuel Macron prêt à « emmerder » les non-vaccinés, l’Assemblée nationale a adopté ce jeudi au petit matin en première lecture le projet de loi transformant le  pass sanitaire en pass vaccinal.

Annoncé mi-décembre par l’exécutif face à l’épidémie galopante de Covid-19, le texte a été approuvé à 5h25 par 214 voix pour, celles de la majorité et d’une partie des LR et du PS. Ils ont été 93 députés à se prononcer contre, dont la gauche de la gauche, le RN, et 3 dissidents LREM. Vingt-sept se sont abstenus.

Le projet de loi doit désormais être examiné par le Sénat dominé par la droite en début de semaine prochaine, pour une entrée en vigueur que le gouvernement voulait au 15 janvier mais qui devrait être repoussée de quelques jours.

Une longue dernière nuit

La dernière nuit de discussions a avancé cahin caha, avec quelques éclats de voix sur le pass sanitaire dans les meetings ou la situation outre-mer. Le cap de l’article 1er (sur 3) n’a été franchi qu’à 3 heures du matin. Jusqu’au bout de la nuit, les parlementaires ont échangé sur le fond, les oppositions ciblant en particulier les contrôles d’identité que pourront opérer cafetiers ou restaurateurs en cas de « raisons sérieuses » de penser qu’il y a fraude au pass vaccinal. Les députés LR, qui se sont finalement divisés sur le vote d’ensemble du projet de loi (28 pour, 24 contre, 22 abstentions), ont annoncé qu’ils saisiraient le Conseil constitutionnel sur ce point des contrôles.