Bretagne : Des sanctions réclamées contre Christian Troadec après une soirée « orgie » à Carhaix

REPAS ARROSE Des élus d’opposition demandent le retrait de la vice-présidence de l’ancien leader des « Bonnets Rouges » au conseil régional après sa participation à une soirée alcoolisée à Carhaix

C.A.
— 
Le maire de Carhaix et vice-président du conseil régional de Bretagne Christian Troadec fait l'objet de critiques après l'organisation d'une fête.
Le maire de Carhaix et vice-président du conseil régional de Bretagne Christian Troadec fait l'objet de critiques après l'organisation d'une fête. — Mathieu Pattier / SIPA

La scène aurait pu rester confidentielle, si elle n’avait pas été dénoncée par un élu d’opposition. Dans un communiqué de presse diffusé fin décembre, un élu communiste de Carhaix (Finistère) dénonçait la tenue d’une soirée d’une partie du conseil municipal de la commune dirigée par Christian Troadec. Décrite comme « une orgie » où l’alcool a coulé à flots toute la nuit par l’élu d’opposition, la soirée était au départ un repas prévu pour les agents municipaux. Le contexte sanitaire avait poussé la municipalité à annuler l’événement. Mais pas pour tout le monde. Depuis cette soirée qui s’est tenue le 10 décembre sous les halles de la ville, des voix s’élèvent pour demander des comptes à Christian Troadec,  figure bien connue des « Bonnets Rouges » qui avait échoué à  se présenter à l'élection présidentielle en 2017.

Lundi soir, le groupe du Rassemblement national, qui siège dans l'opposition, a demandé qu’une sanction soit prise à l’encontre du maire de Carhaix, qui siège à la région comme vice-président délégué aux langues. « Ces faits mettant en cause directement Christian Troadec sont maintenant étalés sur la place publique. Il ne peut plus rester vice-président du conseil régional. Je vous demande de le démettre de ses fonctions », écrit le leader du RN Gilles Pennelle dans un courrier adressé au président de région Loïg Chesnais-Girard (PS).

Des soirées récurrentes dans la commune ?

La soirée avait été maintenue malgré l’annulation de dernière minute du repas pour les agents municipaux. Ces derniers avaient été amenés à venir chercher leur repas à emporter afin d’éviter le gaspillage. Certains d’entre eux avaient été conviés à un repas, entourés d’élus du conseil municipal, soit une vingtaine de personnes.

D’après des témoignages recueillis par Le Télégramme, l’alcool aurait coulé à flots ce soir-là. « Il ne semblait y avoir aucune limite », a fait savoir un participant au quotidien. Un agent de la ville précise que ces soirées alcoolisées sont récurrentes dans la commune « notamment après les conseils municipaux ».