Présidentielle 2022 : Pécresse plaide pour une juridiction dédiée aux violences conjugales

JUSTICE La candidate LR à l’élection présidentielle se déplace mardi après-midi à Pantin auprès d’une association de lutte contre les violences faites aux femmes

20 Minutes avec AFP
— 
Valérie Pécresse.
Valérie Pécresse. — Christophe Ena/AP/SIPA

La candidate LR à la présidentielle Valérie Pécresse s’est engagée mardi, pour lutter contre les violences faites aux femmes, à créer, si elle est élue, une juridiction spécialisée sur les « violences au sein de la famille » et à « accroître de 50 % en cinq ans le budget des tribunaux ». « Le sujet des  violences conjugales n’a jamais été aussi présent dans le débat public », mais c’est « très loin d’être suffisant », affirment dans une tribune au Monde la candidate et son porte-parole Aurélien Pradié, en critiquant les « carences » du gouvernement sur le sujet.

« Un de nos premiers textes portera la création d’une juridiction spécialisée, entièrement consacrée au traitement des violences au sein de la famille », ajoutent-ils, avant un déplacement mardi après-midi à Pantin auprès d’une association de lutte contre les violences faites aux femmes. Cette juridiction, qu’ils comparent à celle mise en place en 1945 pour les enfants, sera « présente sur tout le territoire » et capable « de décider vite et d’installer une justice spécifique à ce fléau ».

« Une avancée majeure »

« Il s’agit d’une avancée majeure qui sera permise par l’engagement d’accroître de 50 % en cinq ans le budget des tribunaux », affirment-ils dans la tribune signée « avec l’appui de l’ensemble des députés et sénateurs Les Républicains ». Cette juridiction spécialisée permettra notamment « de mieux respecter le délai de six jours » pour rendre les ordonnances de protection et de « viser vingt-quatre heures pour les plus grandes urgences », ajoutent la candidate et son porte-parole qui veulent aussi « accroître le nombre » des hébergements d’urgence.

Il faut également « mieux former » policiers et gendarmes « à l’accueil et au suivi des femmes victimes de violences », précisent-ils. Un débat « sur l’application de la loi visant à agir contre les violences au sein de la famille » doit se tenir en principe mardi soir à l’Assemblée, à la demande du groupe LR. Mais le débat pourrait être remplacé par la suite de l’examen du projet de loi sur le pass vaccinal.