L'UMP lance sa caravane pour les européennes

POLITIQUE Mais on ne connaît pas encore tous les passagers, le parti présidentiel n'ayant pas encore arrêté ses listes...

Emile Josselin

— 

Déjà dimanche, la ministre de l'Economie Christine Lagarde s'était interrogée sur "la pertinence" de ces systèmes de rémunération et Xavier Bertrand a indiqué mardi que l'UMP présenterait des propositions sur les stock-options qui "iront très loin".
Déjà dimanche, la ministre de l'Economie Christine Lagarde s'était interrogée sur "la pertinence" de ces systèmes de rémunération et Xavier Bertrand a indiqué mardi que l'UMP présenterait des propositions sur les stock-options qui "iront très loin". — Mehdi Fedouach AFP/Archives

 Il va y avoir du trafic sur les routes de la campagne européenne. Après Nicolas Dupont-Aignant fin mars  et Philippe de Villiers cette semaine, l'UMP et les Jeunes populaires lançaient eux aussi leur «caravane pour l'Europe» ce lundi.Trois jeunes militants animeront les déplacement: Xavier, Bertrand - ça ne s'invente pas - et Sarah. C'est d'ailleurs le secrétaire général du mouvement Xavier Bertrand qui est venu présenter l'imposant véhicule, garé devant le siège du parti, rue de la Boétie à Paris. Il a vanté la volonté de «dialogue» et de «rencontre sur le terrain» symbolisée selon lui par cette initiative.

Le président des Jeunes populaires Benjamin Lancar a surfé quant à lui sur l'imaginaire Erasmus, en militant pour «une Europe où chaque jeune de 18 à 25 ans a le droit à une expérience en Europe». Les animateurs parcourront 69 villes, la plupart plutôt acquises à la droite, à l'exception de Dunkerque et Strasbourg.

Et Xavier Bertrand commence à préparer la tonalité de la campagne, qui s'appuiera sur l'action de Nicolas Sarkozy, quitte à courir le risque du vote-sanction auquel le PS a appelé. Les tracts présentés ce lundi portent le slogan «Quand l'Europe peut, l'Europe veut», agrémenté d'une photo du président de la république. C'est donc principalement à partir d'exemples tirés de l'action du chef de l'Etat que le patron de l'UMP a présenté la campagne: le G20 ou la Géorgie, «où l'Europe a su se rassembler»... sous la houlette du président de la République. Ce que Frédéric Lefebvre résume dans son style bien à lui: «L'UMP est la seule formation qui roule pour l'Europe. Toutes les autres ont des arrière-pensées, et une volonté: attaquer Nicolas Sarkozy.»

Seul souci: si la caravane part, les passagers autorisés à embarquer sur les listes européennes de l'UMP ne sont toujours pas connus. Xavier Bertrand tente d'éluder le sujet: «Nous avons été les premiers à avoir nos têtes de listes.» Il garantit également que «tout sera fait en temps et en heure» au moment du dépôt des listes en mai. Xavier Bertrand précise aussi que «la dernière fois [en 2004], nous avions déposé les listes trois semaines avant». Une pratique qui ne rime pas forcément avec succès: à cette occasion le PS avait réalisé son meilleur score aux européennes, avec 28,9%.

 Gadgets:
Outre la campagne, les jeunes militants de l'UMP distribueront des T-shirts. Mais aussi des éthylotests... et des préservatifs, tout deux siglés «L'Europe vous protège... Le mouvement populaire aussi!».