Présidentielle 2022 : « Valérie à l’Elysée ! », « On a été trahis »… Des militants LR divisés par la victoire de Valérie Pécresse

REPORTAGE Au siège du parti, la victoire de Valérie Pécresse a été accueillie sous les bravos, même si certains militants de longue date ne cachaient pas leur déception

Mathilde Cousin
— 
Valérie Pécresse après l'annonce de sa victoire ce samedi au congrès LR. Elle devient la candidate du parti à l'élection présidentielle de 2022.
Valérie Pécresse après l'annonce de sa victoire ce samedi au congrès LR. Elle devient la candidate du parti à l'élection présidentielle de 2022. — Rafael Yaghobzadeh/AP/SIPA
  • Avec 60,95 % des voix, Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France, a été désignée ce samedi candidate LR à l’élection présidentielle de 2022.
  • Une victoire qui réjouissait de nombreux militants présents lors de l’annonce des résultats. D’autres, en revanche, ne cachaient pas leur déception.
  • Valérie Pécresse et Eric Ciotti ont affiché leur unité et ont annoncé un premier déplacement en commun lundi.

« Merci de cette audace. » C’est une Valérie Pécresse triomphante qui a pris la parole ce samedi au siège de LR, à Paris, renforcée par son score sans appel au deuxième tour du congrès de son parti, 60,95 %. Son adversaire, le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti, remporte 39,05 % des voix.

Pour la première fois, les 150.000 militants LR ont choisi une femme comme candidate à la présidentielle. « Je pense à toutes les femmes de France aujourd’hui et je dis merci aux adhérents de cette audace », lance la présidente de la région Ile-de-France. Une déclaration accueillie par les bravos des militants présents dans la salle. Pendant que la désormais candidate à la présidentielle déroule son programme, promettant de « restaurer le travail et le mérite », de « redresser les finances de la France » ou de défendre une « écologie de progrès », des « Valérie à l’Elysée ! » et des « On a gagné » fusent.

« Le programme le plus solide »

Cette victoire réjouit Aurélie Souchet, une jeune militante qui soutient Valérie Pécresse depuis les élections régionales. « C’est elle qui a le programme le plus solide », explique-t-elle. Quid du fait que, pour la première fois, le candidat est une candidate ? « Je ne pense pas que les militants ont voté en fonction du sexe, mais c’est important de montrer qu’une femme peut faire de la politique, qu’elle peut incarner l’autorité, la droite. »

En revanche, près de l’entrée du parti, c’est une autre ambiance pour Monique et Anne-Marie, militantes LR depuis 41 ans et 15 ans. Leur candidat, c’était Eric Ciotti : « Nous sommes des personnes de conviction, nous sommes pour un candidat qui porte des valeurs. » Elles ne sont pas convaincues par le ralliement à LR de Valérie Pécresse, qui avait quitté le parti en juin 2019 avant de reprendre sa carte il y a un peu plus d’un mois et demi : « Elle a fait un hold-up sur LR. On a été trahis. »

La division, voilà bien l’image que voulait éviter de donner LR ce samedi. Photo de famille avec les cinq candidats à la primaire, rejoints par le président du parti, Christian Jacob, et le président du Sénat, Gérard Larcher, remerciements envers les uns et les autres… Les élus multiplient les marques de considération pour effacer le souvenir des divisions de la primaire de 2016.

Le premier déplacement de Valérie Pécresse en tant que candidate à l’élection présidentielle aura d’ailleurs lieu lundi sur les terres de son rival battu. En compagnie d’Eric Ciotti, elle se rendra à Saint-Martin-Vésubie, un village durement frappé par la tempête Alex en octobre 2020, et à Nice, la ville du député des Alpes-Maritimes. Une marque d’unité pour tendre la main aux Français.