Présidentielle 2022 : « Ce sont les meilleurs combattants »... Eric Ciotti face à Valérie Pécresse au second tour du congrès LR

DUEL Le député des Alpes-Maritimes est arrivé en tête (25,59%) et affrontera au second tour Valérie Pécresse (25%), qui a reçu le soutien des trois candidats battus

Thibaut Le Gal
— 
Valérie Pécresse et Eric Ciotti s'affrontent au second tour du scrutin interne Les Républicains.
Valérie Pécresse et Eric Ciotti s'affrontent au second tour du scrutin interne Les Républicains. — Joël SAGET / AFP
  • Eric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès Les Républicains avec 25,59 % des voix.
  • Le député des Alpes-Maritimes affrontera au second tour Valérie Pécresse (25 %), qui a reçu le soutien des trois candidats battus.
  • Le nom du candidat de la droite et du centre sera connu samedi en début d’après-midi.

Au siège des Républicains, ce jeudi après-midi à Paris, ça s’agite. Christian Jacob se fait désirer. Le patron des Républicains est attendu pour l’annonce des résultats du premier tour du congrès, qui doit désigner le champion de la droite à la présidentielle 2022. Militants et journalistes s’impatientent, les yeux sur leur téléphone. Il n’y a eu aucun sondage, aucune information ne filtre, tout le monde est dans le brouillard. « Ça y est, l’ascenseur arrive ! »

Accompagné des cadres du mouvement, Christian Jacob fend la petite foule pour monter sur l’estrade. La surprise à venir se lit déjà sur les visages crispés. Le président LR salue « la très belle image de rassemblement donnée » lors de cette campagne et le taux de participation de près de 90 %. A ses côtés, le secrétaire général du parti, Aurélien Pradié, a les yeux dans le vague. La déflagration arrive : Eric Ciotti est en tête (25,59 %) et se qualifie pour le second tour. Le député des Alpes-Maritimes sera opposé à Valérie Pécresse. Longtemps favoris du scrutin, Michel Barnier (23.96 %) et Xavier Bertrand (22,36 %) passent à la trappe.

« Je ne vous ai jamais quittés »

« Il y a quelques semaines, peu de commentateurs auraient parié sur ce résultat. Ça démontre que la force de volonté, le courage, la clarté finissent toujours par triompher », assure Eric Ciotti après sa victoire. « Je suis le seul à pouvoir battre Macron en rassemblant tout le peuple de droite […] Je ne vous ai jamais quittés », lance le finaliste aux adhérents de son parti, dans un tacle à sa concurrente, qui avait claqué la porte du mouvement en 2019.

Le député, tenant d’une droite dure, a rappelé qu’il était le seul des candidats à ne pas avoir voté Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle 2017 face à Marine Le Pen. Il est le seul, aussi, à avoir répété qu’il voterait Eric Zemmour en cas de duel face au président sortant en avril prochain. Ce soutien à l’ex-éditorialiste avait suscité le malaise chez de nombreux cadres LR et marginalisé sa candidature alors que la droite tentait de se différencier d’Eric Zemmour. « On n’a jamais méprisé Eric Ciotti, on l’a toujours pris au sérieux, balaie Daniel Fasquelle, le trésorier du parti et soutien de Michel Barnier. Son score montre qu’il faudra apporter des réponses claires sur la sécurité et l’immigration. Mais toutes les sensibilités devront se retrouver dans le candidat désigné par les militants samedi. »

Valérie Pécresse engrange les soutiens

Car Eric Ciotti est loin d’avoir partie gagnée. Dans la foulée des résultats, Philippe Juvin, Michel Barnier et Xavier Bertrand ont apporté leur soutien à Valérie Pécresse. « Ce résultat confirme la crédibilité de son projet, de son sérieux. C’est elle qui a le plus la capacité à rassembler la droite et le centre-droit. Et donc de faire revenir la droite républicaine au pouvoir », vante Eric Pauget, député des Alpes-Maritimes et soutien de la candidate. Depuis son QG, la présidente de l’Ile-de-France promet également le rassemblement. « Nous gagnerons unis. Nous gouvernerons unis […] Je suis la seule à pouvoir battre Emmanuel Macron ».

« Les Républicains veulent bouter Macron hors de l’Elysée, ils ont choisi les meilleurs combattants, ceux qui se sont démarqués lors des débats. Au vu des ralliements, l’issue du second tour semble favorable à Pécresse, mais le score de Ciotti montre que sa ligne devra peser pour que la droite l’emporte en 2022 », avance le député LR Julien Aubert, qui l’a soutenu au premier tour. L’histoire se répète : Eric Ciotti semble un peu seul pour ces dernières heures de campagne. « C’est un duel : l’élite du parti, les élus, contre la base militante. Car Ciotti s’adresse directement aux adhérents pour faire gagner une droite claire, la droite RPR, qui a fait gagner Sarkozy en 2007 », réplique Paul Gallard, des Jeunes avec Ciotti.

Ce dernier n’est d’ailleurs pas totalement isolé. Le député a reçu un mot de soutien sur Twitter. « Heureux, cher Éric, de voir nos idées si largement partagées par les militants LR. Le RPR n’est pas mort ». Un mot signé d’un Z, celui d’Eric Zemmour.